« Im­pa­tiente de re­jouer ! »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - PROPOS RECUEILLIS PARV.W.

Sans elle - et quoi qu’elle s’en dé­fende - le jeu tou­lon­nais n’est pas tout à fait le même. Après un mois d’ar­rêt (cuisse), Lau­rène Ca­ta­ni ef­fec­tue son re­tour à la com­pé­ti­tion. Et ses dents rayent le par­quet !

Lau­rène, comment vous sen­tez-vous ? Tout va bien. Je n’ai plus de dou­leur, plus de gêne. Les sen­sa­tions sont bonnes. Mais si je suis ré­ta­bli phy­sio­lo­gi­que­ment, il faut que je re­trouve une cer­taine dy­na­mique que seul le ter­rain peut ap­por­ter. Pen­dant mon ab­sence, les filles sont mon­tées en in­ten­si­té. Le jeu s’est mis en place. Je vais ten­ter de re­prendre le train en marche en ap­por­tant quelque chose au col­lec­tif. Mais j’avoue, je suis im­pa­tiente de re­jouer !Je vais voir où j’en suis.

Vous re­ve­nez à l’oc­ca­sion d’un match im­por­tant... En LFH, tous les matches sont im­por­tants, et tous les matches sont ac­cro­chés. Nous avons une obli­ga­tion de ré­sul­tat, et j’ai, en plus, une exi­gence per­son­nelle. Je vais es­sayer de jouer juste. Mais le plus im­por­tant, outre mes sen­sa­tions, se­ra le ré­sul­tat fi­nal. Moi, je sais que ça pren­dra plus de temps. Plu­sieurs matches sans doute. Avec Celles-sur-Belle, Cham­bray ou Di­jon, le ca­len­drier semble vous être plus fa­vo­rable, dé­sor­mais... Sans doute, mais il ne faut pas croire que c’est plus fa­cile pour au­tant. Contre Celles-sur-Belle, nous ne se­rons pas out­si­ders comme c’est le cas quand on joue Metz ou Is­sy-Pa­ris. Mais il y a plus de pres­sion, car on se doit de mettre ces équipes der­rière nous. En fait, cette ren­contre va être un vrai test. On va pou­voir se si­tuer, et on en sau­ra plus sur nos ca­pa­ci­tés. Le tra­vail va fi­nir par payer. On en reste per­sua­dé.

(Pho­to PQR/La Ré­pu­blique du Centre)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.