Par ja­lou­sie ma­la­dive, il casse le nez de sa co­pine à Bri­gnoles

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var Carnet - G. D.

Ju­lien, tout juste 18 ans et ly­céen à Bri­gnoles, ne fait pas sem­blant d’être ja­loux. Chez lui, c’est même ma­la­dif. Rai­son pour la­quelle le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Dra­gui­gnan a as­sor­ti, hier, sa condam­na­tion, pour des vio­lences graves sur sa pe­tite amie, d’une obli­ga­tion de se soi­gner.

Nez frac­tu­ré

Le 27 sep­tembre der­nier, à force de prê­ter l’oreille à des co­pains qui lui par­laient de sa pe­tite amie de 15 ans, Ju­lien a fi­ni par conce­voir de sé­rieux doutes sur la fi­dé­li­té de Ma­rie. Il lui a donc don­né ren­dez-vous à son do­mi­cile pour en par­ler. Tout s’est bien pas­sé, jus­qu’à ce qu’il consulte le por­table de la jeune fille, pour s’aper­ce­voir qu’elle avait re­çu des mes­sages d’un autre gar­çon. Se­lon Ma­rie, il ne s’agis­sait que d’un co­pain comme un autre, mais Ju­lien a vu rouge. Et il l’a frap­pée avec une grande vio­lence. Coups de pieds dans les jambes, coups de ge­noux dans l’ab­do­men, coups de poing au vi­sage, la jeune fille a su­bi une frac­ture des os propres du nez et plu­sieurs ec­chy­moses, avec sept jours d’in­ca­pa­ci­té. L’ac­cès de vio­lence a fi­ni par se cal­mer. Ju­lien a soi­gné Ma­rie et l’a rac­com­pa­gnée jus­qu’à son ar­rêt de bus. Le len­de­main, la mi­neure a dé­po­sé plainte à la gen­dar­me­rie, mais Ju­lien était in­trou­vable. Il avait quit­té Bri­gnoles pour se rendre quelque temps dans le Nord.

Manque de re­cul

En com­pa­ru­tion im­mé­diate de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel, le jeune homme a conve­nu que son com­por­te­ment avait été ex­ces­sif, et il a pré­sen­té ses ex­cuses à la vic­time. Comme les juges, le pro­cu­reur Ma­ry­line Mar­ti­net a été sur­prise par « une grande dis­tor­sion entre l’âge des pro­ta­go­nistes et l’in­ten­si­té des vio­lences ». Me Ma­rie-Luce Cha­bert a axé sa dé­fense sur l’ab­sence de ca­sier ju­di­ciaire de Ju­lien, et sur sa prise de conscience de la gra­vi­té de ses actes. « Ce sont des jeunes gens qui veulent vivre comme des adultes, mais qui n’ont pas la ma­tu­ri­té pour prendre du re­cul. » Condam­né à dix-huit mois de pri­son, dont six sous le ré­gime du sur­sis avec mise à l’épreuve, Ju­lien ne pas­se­ra pas par la case pri­son. Le man­dat de dé­pôt n’ayant pas été or­don­né, sa peine ferme reste amé­na­geable. Il de­vra s’as­treindre à des soins, pour­suivre une for­ma­tion, et s’in­ter­dire tout contact avec la vic­time, à la­quelle il de­vra payer 5 000 € de dom­mages et in­té­rêts.

(Pho­to DR)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.