Le dé­te­nu éva­dé de l’hô­pi­tal vou­lait juste re­voir sa mère

Pla­cé en psy­chia­trie, l’homme, qui pur­geait une peine de pri­son à La Far­lède, avait pris la fuite avec un com­parse, le 17 sep­tembre. Il a été ju­gé, hier, pour éva­sion, mais aus­si pour vol et re­cel

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - P. POLETTO

La belle pour al­ler voir sa mère. C’est ain­si que Christophe C., 30 ans, a ré­su­mé ce qui l’a pous­sé le 17 sep­tembre, à s’éva­der de l’hô­pi­tal psy­chia­trique de Pierrefeu. Éta­blis­se­ment dans le­quel il avait été pla­cé alors qu’il pur­geait une peine d’em­pri­son­ne­ment à La Far­lède. Ce jour-là, il s’était his­sé par la fe­nêtre avec un autre dé­te­nu avant de s’éva­nouir dans la na­ture. Ju­gé hier dans le cadre d’une pro­cé­dure de com­pa­ru­tion im­mé­diate, le mis en cause a éco­pé d’une peine de pri­son ferme de dix-huit mois.

Quinze clubs de golf vo­lés

L’in­di­vi­du, déjà condam­né à trois re­prises pour des éva­sions, s’est fi­na­le­ment ren­du au do­mi­cile de sa mère, de­vant le­quel était sta­tion­née une voi­ture de marque Peu­geot dé­cla­rée vo­lée. « Un col­lègue me l’avait prê­tée car je n’avais pas de moyens de lo­co­mo­tion », at-il in­di­qué hier de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Toulon. Lors de la per­qui­si­tion ef­fec­tuée dans sa chambre, les en­quê­teurs avaient mis au jour quinze clubs de golf dé­ro­bés lors d’un vol par ef­frac­tion. Un vol que le pré­ve­nu ne pou­vait avoir com­mis car, à ce mo­ment-là, il était in­car­cé­ré. « C’était dans la voi­ture que l’on m’a prê­té », a ajou­té le tren­te­naire.

Les in­ter­ro­ga­tions de la dé­fense

Pour la re­pré­sen­tante du par­quet, « à la vue des an­té­cé­dents ju­di­ciaires - 17 condam­na­tions -, c’est une peine ex­trê­me­ment lourde qui est re­quise. Soit 3 ans d’em­pri­son­ne­ment avec main­tien en dé­ten­tion ». Elle a es­ti­mé que l’ex­per­tise psy­chia­trique n’était pas jus­ti­fiée. « Il consomme des stu­pé­fiants, c’est une chose, mais de là à dire que ce­la en­traîne une al­té­ra­tion des fa­cul­tés men­tales… ». En dé­fense, Me Fra­det s’est in­ter­ro­gé sur la si­tua­tion ju­di­ciaire de « ce jeune homme de 30 ans, dont le ca­sier ju­di­ciaire porte 17condam­na­tions. Si l’on cu­mule toutes les peines, il a pas­sé 17 ans de sa vie der­rière les bar­reaux. Dix­sept ans ! ». Et de com­prendre que le par­quet puisse « déses­pé­rer d’une telle ré­ité­ra­tion. Mais ne peut-on pas, dans ce dos­sier, prendre de la hau­teur et se po­ser des ques­tions plus que cette soif de ré­pres­sion à tout prix ? ».

Ex­per­tise psy­chia­trique re­fu­sée

Lors de la pre­mière au­di­tion, le conseil avait sol­li­ci­té une ex­per­tise psy­chia­trique qui a été re­fu­sée. « On peut s’in­ter­ro­ger sur sa personnalité. Vous êtes peut-être en­train de ju­ger un fou ! Il est bi­po­laire. On l’a pla­cé en hô­pi­tal psy­chia­trique. Sa mère vou­lait en­ga­ger une pro­cé­dure d’hos­pi­ta­li­sa­tion d’of­fice. Sa place n’est pas en pri­son… » Le tri­bu­nal a re­con­nu Christophe C. cou­pable d’éva­sion, de vols d’un vé­hi­cule, de biens pro­ve­nant d’un cam­brio­lage com­mis à La Seyne et de conduite sans per­mis en ré­ci­dive. Il a été condam­né à dix-huit mois de pri­son et écroué.

‘‘ Ce gar­çon a  ans,  men­tions sur son ca­sier ju­di­ciaire. Il a pas­sé  ans en pri­son. Vous êtes peut-être en­train de ju­ger un fou ! ”

(Pho­to doc. C. T.)

Le dé­te­nu s’était éva­dé le  sep­tembre du centre hos­pi­ta­lier de Pierrefeu, où il était pla­cé en psy­chia­trie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.