Fran­çois de Paule fait des

Ap­pe­lé d'Ita­lie en France par le roi Louis XI, ma­lade, la route du fu­tur saint passe par Bormes et Fré­jus, où il gué­rit les ha­bi­tants de la peste, ra­jeu­nit une vieille femme et sou­lage des ou­vriers

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Notre Histoire -

Qui est ce vieil homme cour­bé, en­ca­pu­chon­né, barbe en brous­saille, vê­tu d'une robe de bure, qui che­mine pieds nus dans ses san­dales vers le vil­lage de Bormes dans le Var ? Il marche en s'ap­puyant sur un long bâ­ton de pè­le­rin. L'en­droit baigne dans les sen­teurs du prin­temps nais­sant. On est au mois de mars de l'an­née 1482. Sur le sen­tier qui mène au vil­lage, le vieil homme est ac­com­pa­gné par quatre com­pa­gnons qui le sou­tiennent lors­qu'il tré­buche. Ar­ri­vé à l'en­trée du vil­lage, une sen­ti­nelle les ar­rête : « - Vous ne pou­vez pas pé­né­trer dans le vil­lage. Il y a une épi­dé­mie de peste dans toute la ré­gion. - Je suis Gui­not de Bus­sières, en­voyé du Roi, dit l'un des hommes du groupe ! Tu dois

nous lais­ser en­trer... - J'ai ordre de mon sei­gneur de ne lais­ser en­trer per­sonne...» Alors le vieil homme prend la pa­role : « Par cha­ri­té, mon frère, ouvre nous. Va dire à ton maître que je lui de­mande au nom de Dieu d'al­ler mê­ler mes larmes à celles de son peuple ». Ému par la dou­ceur de son lan­gage, la sen­ti­nelle de­mande aux vi­si­teurs de l'at­tendre. Il va al­ler prendre des ordres au­près de son maître au châ­teau. Le vieil homme âgé de 65 ans – âge avan­cé pour l'époque – s'ap­pelle Fran­çois de Paule. Il tient son nom du vil­lage de Pao­la, où il est né, en Ita­lie du sud. Jus­qu'alors il vi­vait en er­mite dans sa ré­gion na­tale. A l'âge de 19 ans, il a for­mé un groupe re­li­gieux, les Mi­nimes. On a com­men­cé à lui at­tri­buer des mi­racles : la ré­sur­rec­tion de sept morts, le re­cou­vre­ment de la vue par plu­sieurs aveugles, la gué­ri­son de plu­sieurs lé­preux et d'un gar­çon at­teint d'une ma­la­die in­cu­rable à un bras, le jaillis­se­ment d'une source près de Pao­la. On pré­tend même qu'il a mar­ché sur l'eau pour tra­ver­ser le dé­troit de Mes­sine entre l'Ita­lie et la Si­cile. Re­fou­lé à Tou­lon, il ar­rive au La­van­dou Le ré­cit de ses mi­racles est ar­ri­vé jus­qu'au roi de France Louis XI – un roi qui est im­por­tant pour notre ré­gion puis­qu'il a rat­ta­ché la Pro­vence à la France. En 1481, le sou­ve­rain fran­çais ma­lade a dé­ci­dé de faire ap­pel à Fran­çois de Paule en France pour le gué­rir. N'ayant plus confiance en per­sonne, pas même en son mé­de­cin Jacques Coi­tier, il a in­vi­té Fran­çois à ve­nir le voir dans son châ­teau de Ples­sis-lesTours où il s'est re­ti­ré. Fran­çois a d’abord re­fu­sé. Louis XI a alors écrit au pape Sixte IV. Ce­lui-ci a don­né l'ordre à Fran­çois de se rendre au­près du roi. C'est ain­si que Fran­çois de Paule s'est em­bar­qué vers la France. A par­tir d'ici, notre ré­cit suit ce­lui pu­blié en 1901 par le cha­noine de Fré­jus Pierre Chaix, qui n'a, de­puis, ja­mais été contre­dit par les his­to­riens. Fran­çois re­mon­ta par la mer jus­qu'à nos côtes. Ar­ri­vé à Mar­seille, il a été re­fou­lé à cause de la peste. Il s'est en­suite pré­sen­té à Tou­lon. Nouvelle in­ter­dic­tion d'abor­der. Il s'est donc di­ri­gé vers le La­van­dou. Là, il a po­sé le pied sur le ri­vage. On a gar­dé pen­dant des siècles des em­preintes dans le ro­cher, cen­sées être celles de ses pas et de son bâ­ton im­pri­mées sur le ri­vage. Ces em­preintes ont été re­cou­vertes en 1955 lors de la construc­tion de la pro­me­nade du bord de mer. Quit­tant les ri­vages, Fran­çois et ses com­pa­gnons se sont di­ri­gés vers Bormes. Ayant at­ten­du un long mo­ment le re­tour de la sen­ti­nelle à l'en­trée du vil­lage, le groupe d'hommes voit en­fin ar­ri­ver un per­son­nage ri­che­ment vê­tu : « Je suis Pierre de Grasse, le sei­gneur de Bormes », leur dit-il. Pris par un sou­dain élan de pié­té, ce­lui-ci s'in­cline de­vant Fran­çois de Paule. « Vous avez sol­li­ci­té l'en­trée dans mon vil­lage, sui­vez moi...»

Fran­çois et son groupe s'avancent dans les ruelles de Bormes. Ils se di­rigent vers l'église Saint-Roch que des ou­vriers sont en train de res­tau­rer. « - Je vous bé­nis, mes en­fants,

dit Fran­çois, vous qui construi­sez la mai­son de Dieu ! - Mais mon père, cette poutre est si lourde qu'on n'ar­ri­ve­ra ja­mais à la his­ser sur le toit ! » C'est alors que, d'après une lé­gende, Fran­çois de Paule ef­fec­tue un pre­mier mi­racle. En un ins­tant, la poutre perd son poids et peut être his­sée sans peine. Aler­tés par l'an­nonce de l'ar­ri­vée de cet homme mi­ra­cu­leux, les ha­bi­tants ac­courent. Fran­çois ap­pose ses mains sur les

(© DR) (© DR)

Ci-des­sus, le pape Sixte IV qui convain­quit Fran­çois de Paule de se rendre en France. Ci-des­sous, la sil­houette de l'er­mite Fran­çois de Paule s'avan­çant en­ca­pu­chon­né, barbe brous­sailleuse, ap­puyé sur son bâ­ton de pè­le­rin.

Après son pas­sage dans le Var, Fran­çois de Paule se ren­dit au­près du roi Louis XI qu'on voit, ici, s'age­nouiller de­vant lui. (© DR)

A Bormes-les-Mi­mo­sas, où il ef­fec­tua ses pre­miers mi­racles, Saint Fran­çois de Paule s'est vu dé­dier une cha­pelle. (© DR) Fré­jus a ma­ni­fes­té sa re­con­nais­sance à saint Fran­çois de Paule en lui consa­crant cette cha­pelle. (© DR)

(© DR)

Le roi de France Louis XI sup­pliant Fran­çois de Paule de lui re­don­ner la san­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.