Charles Ol­li­von : « Il y avait mieux à faire »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR P. M.

Ma­mu­ka Gor­godze, e ligne tou­lon­nais, consi­dé­ré

comme le meilleur joueur du match, re­gret­tait vrai­ment ce point de bo­nus

lais­sé en route : «La vic­toire, c’est bien, mais il y avait vrai­ment la place de re­ve­nir à Tou­lon avec cinq points en poche. De­vant, on a vu que nos ad­ver­saires man­quaient de consis­tance. Mal­heu­reu­se­ment, on n’a pas su pour­suivre sur notre lan­cée du dé­but de match. »

Charles Ol­li­von, e ligne tou­lon­nais, épui­sé à l’is­sue de la ren­contre au cours de la­quelle il a mar­qué un nou­vel es­sai, se vou­lait po­si­tif: « Il était im­por­tant de l’em­por­ter après le zé­ro point de Mayol. Il nous manque un point pour que ce soit par­fait. Mais ce suc­cès va comp­ter, on va conti­nuer à tra­vailler en se re­met­tant la tête au cham­pion­nat où on n’a pas le droit de se po­ser de ques­tions. Il va fal­loir cor­ri­ger ce qui n’a pas bien fonc­tion­né. On est sa­tis­fait de la vic­toire, même si on a tous conscience qu’il y avait mieux à faire. »

Guil­hem Gui­ra­do, le ta­lon­neur du RCT, af­fi­chait la tête des mau­vais jours mal­gré la vic­toire : «On est tou­jours en vie, mais il y avait lar­ge­ment mieux à faire. Je suis dé­çu du conte­nu à par­tir de la e mi­nute de jeu. C’est frus­trant de ne jouer cor­rec­te­ment qu’un quart du temps. Toutes nos pe­tites er­reurs nous ont em­pê­chés d’en­chaî­ner. On pèche dans le dé­tail, on perd des bal­lons, et on per­met à nos ad­ver­saires de re­ve­nir dans la par­tie. On va se conten­ter de ces quatre points. On ver­ra à la fin si ce nou­veau point éga­ré en route ne nous fe­ra pas dé­faut. »

Fran­çois Trinh-Duc, l’ou­vreur tou­lon­nais, avait un sen­ti­ment mi­ti­gé après ce

suc­cès à l’ex­té­rieur : «Ona vu qu’on était ca­pable de pro­duire de belles choses, même si on n’a pas vu le jour en se­conde pé­riode quand les Sharks ont re­trou­vé confiance et dis­ci­pline, alors que nous ne par­ve­nions plus à al­ler jouer dans leur camp. On n’a pas pris le bo­nus, cette fois en­core. On fe­ra le cal­cul à la fin. »

Ro­main Tao­fi­fe­nua (e ligne du RCT), souf­frant du ge­nou droit qui lui fai­sait quelques sou­cis (il pas­se­ra au­jourd’hui une IRM), a eu de bonnes sen­sa­tions sur le ter­rain. « Tao » ne vou­lait

re­te­nir que le cô­té po­si­tif de la soi­rée avec cette vic­toire, même s’il re­gret­tait,

lui aussi : « On a joué à l’en­vers après une très bonne en­tame. On a com­mis trop d’er­reurs consé­cu­tives par la suite pour es­pé­rer dé­cro­cher le bo­nus. »

Laurent Del­boulbes, (pi­lier

rem­pla­çant du RCT) : « Une vic­toire à l’ex­té­rieur, ce n’est ja­mais fa­cile. On peut nour­rir quelques re­grets après notre bon dé­but de ren­contre quand on a per­du peu à peu le fil. On sait ce qu’il nous reste à faire. On va conti­nuer à bos­ser. En osant, ça va fi­nir par nous sou­rire. »

Bryan Ha­ba­na (trois­quarts aile du RCT) se plai­gnait no­tam­ment d’un

coup re­çu à la main (il en était de même pour Es­cande). « Ces quatre points pris à l’ex­té­rieur sont très im­por­tants. Il est re­gret­table que l’on ne soit pas par­ve­nu à prendre le bo­nus. Main­te­nant, on va se re­mettre au cham­pion­nat. Il nous reste sept se­maines avant de re­trou­ver l’Eu­rope », confiait le Spring­bok, qui es­père re­jouer en sé­lec­tion na­tio­nale en no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.