PSG-OM, nouvelle ère

Le choc op­pose deux nou­veaux en­traî­neurs : Unai Eme­ry contre Ru­di Gar­cia

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Ce­la res­semble au le­ver de ri­deau d’une ère nouvelle pour la Ligue 1, inau­gu­rée fa­çon ga­la : Mar­seille vient dé­fier le PSG (20h45 au Parc des Princes) avec une flamme ral­lu­mée par un nou­veau pro­prié­taire amé­ri­cain et un nou­vel en­traî­neur, Ru­di Gar­cia. La se­maine écou­lée ins­talle presque l’idée d’une op­po­si­tion à fronts ren­ver­sés pour clore en ma­jes­té la 10e jour­née de L1, entre cet OM en manque de ré­sul­tats mais au mo­ral re­gon­flé, et un PSG bien por­tant en cham­pion­nat et en Ligue des cham­pions, mais au jeu brin­que­ba­lant. Sauf que seul le ter­rain comp­te­ra, et que les ef­fec­tifs y res­tent les mêmes d’une se­maine à l’autre, bâ­tis d’un cô­té sous le signe des mil­lions de ga­zo-dol­lars qa­ta­ris de­puis 2011, et de l’autre sous ce­lui des vaches maigres des der­nières an­nées Louis-Drey­fus. Le clas­se­ment ac­tuel en té­moigne : le PSG, qua­druple cham­pion en titre, squatte le haut du ta­bleau avec Nice et Mo­na­co quand l’OM, pri­vé de Ligue des Cham­pions pour la troi­sième an­née de suite, n’a tou­jours pas fré­quen­té le top 10 cette sai­son. Et que dire du pas­sé ré­cent : le club de la ca­pi­tale a ga­gné les dix der­nières confron­ta­tions contre son ri­val, toutes com­pé­ti­tions confon­dues. Au Parc, il a rem­por­té les six der­niers cla­si­cos de L1 en ins­cri­vant à chaque fois deux buts, contre un ou au­cun. Bref, il y a clai­re­ment un fa­vo­ri pa­ri­sien et un out­si­der mar­seillais. Oui, mais...

Urgent Gar­cia

Les Mar­seillais, ha­bi­tués à haus­ser leur ni­veau de jeu dans les cla­si­cos, ont connu une se­maine ap­pe­lée à faire date dans l’his­toire de leur club, avec la re­prise en main of­fi­cielle par l’homme d’af­faires amé­ri­cain Frank McCourt et la no­mi­na­tion de Ru­di Gar­cia à la tête de l’équipe, en rem­pla­ce­ment de Franck Pas­si. A moyen terme, il y a la pro­messe d’un in­ves­tis­se­ment de « 200 mil­lions d’eu­ros sur quatre ans, et plu­tôt sur les deux pre­mières an­nées », a dit le nou­veau pré­sident, Jacques-Hen­ri Ey­raud, sans en­trer dans le dé­tail. De quoi dé­ga­ger l’ho­ri­zon pho­céen par-de­là le cla­si­co et quel que soit son ré­sul­tat. A court terme, il y a l’es­poir d’un choc psy­cho­lo­gique as­su­ré par un en­traî­neur au­réo­lé de son dou­blé Cou­peC­ham­pion­nat en 2011 avec Lille et de son ex­pé­rience, avec l’AS Rome, à concur­ren­cer la puis­sante Ju­ven­tus Tu­rin. Gar­cia (52 ans) pré­sente un pro­fil al­lé­chant, entre son goût du jeu of­fen­sif, ses états de ser­vice ques­tion ré­sul­tats et sa ca­pa­ci­té à gal­va­ni­ser ses joueurs. Les­quels vou­dront for­cé­ment faire leurs preuves. «Il va fal­loir que j’aille vite pour connaître les joueurs, les connaître hu­mai­ne­ment aussi, der­rière chaque joueur il y a un homme», a-t-il avan­cé ven­dre­di. A peine est-il ar­ri­vé sur le Vieux-Port qu’il doit dé­jà mon­ter à la ca­pi­tale avec ses nou­velles troupes. Et elles sont souf­fre­teuses, avec en neuf matches un bi­lan de trois vic­toires seule­ment, in­fli­gées aux se­conds cou­teaux Lo­rient, Nantes et Metz, et un seul point ré­col­té à l’ex­té­rieur...

Pro­blèmes de riche

Au PSG, on a des pro­blèmes de riche, sym­bo­li­sés par la mise au banc d’Ha­tem Ben Ar­fa, ou deux fa­çons de voir le verre. A moi­tié plein : après avoir tou­ché le fond à Tou­louse (re­vers 2-0 le 23 sep­tembre), le PSG a en­chaî­né quatre vic­toires, reste au contact de l’in­at­ten­du lea­der ni­çois en L1 et en course pour la tête de son groupe en Ligue des cham­pions. Et Edin­son Ca­va­ni a étouf­fé les sar­casmes sous une pile sta­tis­tique (13 buts en 11 matches toutes com­pé­ti­tions confon­dues). A moi­tié vide : la le­çon de foot­ball ad­mi­nis­trée à Bor­deaux (2-0) dé­but oc­tobre a pris ré­tros­pec­ti­ve­ment la forme d’une pa­ren­thèse en­chan­tée entre des suc­cès beau­coup plus la­bo­rieux (Lu­do­go­rets Raz­grad 3-1, Nan­cy 2-1, Bâle 3-0), où des sans-grade ont sé­rieu­se­ment bous­cu­lé les Pa­ri­siens. Mer­cre­di, en C1, des cadres ont confir­mé leurs flot­te­ments ac­tuels (Thia­go Sil­va, Di Ma­ria, Ver­rat­ti) et l’en­traî­neur Unai Eme­ry n’a tou­jours pas réus­si à chas­ser les doutes, avec un jeu moins do­mi­na­teur que sous Laurent Blanc. me­ry contre Gar­cia, c’est aussi l’op­po­si­tion entre un en­traî­neur es­pa­gnol ve­nu en France et un en­traî­neur fran­çais d’ori­gine es­pa­gnole. Nou­vel air, vieux cla­si­co.

(Pho­tos AFP)

Gar­cia VS Eme­ry, ce PSG-OM a un nou­veau duel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.