Le Pe­tit Fran­çais du Sud trans­forme son es­sai

La toute pre­mière col­lec­tion de la jeune marque dra­cé­noise Le Pe­tit Fran­çais du Sud a sé­duit le pu­blic. La bande de co­pains qui l’a créée vient de lan­cer sa sai­son hi­ver

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L'ecoi - CA­THE­RINE HENAFF che­naff@ni­ce­ma­tin.fr le-pe­tit-fran­cais-du-sud.fr

L’idée

Elle est née d’une dis­cus­sion entre co­pains. Créer un vê­te­ment mi­lieu de gamme, à un prix très cor­rect, dans l’es­prit Sud. Laurent Anot, Dra­cé­nois, le créa­tif de la bande, ayant une longue ex­pé­rience dans la dis­tri­bu­tion de grandes marques, s’est oc­cu­pé des mo­dèles, qu’il dis­tri­bue dans sa bou­tique à Dra­gui­gnan et sur un site In­ter­net.

L’his­toire

J’ai fait les pre­miers po­los pour moi, pour al­ler au sport, ra­conte Laurent Anot. On a dé­po­sé la marque, créé le site. On s’est aper­çu que ça plai­sait. On a vou­lu faire un vê­te­ment de qua­li­té, qui re­flète la vie dans le Sud. Les banques étant très fri­leuses, on a gen­ti­ment dé­ve­lop­pé l’af­faire via les ré­seaux so­ciaux.

L’ob­jec­tif

Le Pe­tit Fran­çais du Sud gran­dit à un rythme na­tu­rel. Le e-shop s’au­to­fi­nance. « On en­vi­sage d’ache­ter de nou­velles ma­chines à bro­der. On étu­die un co-bran­ding avec des marques fran­çaises. » Laurent Anot es­père une crois­sance de  % par rap­port à la col­lec­tion été, et dou­bler le vo­lume d’af­faires l’été pro­chain.

L’in­ves­tis­se­ment

Laurent Anot avait la bou­tique et les idées. Une amie a in­ves­ti dans une ma­chine à bro­der. Un autre ami pos­sède une usine de fa­bri­ca­tion en Ita­lie. Les man­ne­quins sont des co­pains. Le groupe a in­ves­ti dans les ma­tières pre­mières et lan­cé la marque. Il a fait ap­pel à Ge­fi­gram pour créer un site In­ter­net. « C’est avant tout une aven­ture entre co­pains, non cal­cu­lée», sou­ligne Laurent Anot.

Le pro­duit

Le Pe­tit Fran­çais du Sud a dif­fu­sé une pre­mière col­lec­tion été avec shorts, tee-shirts, che­mises, pan­ta­lons, po­los. Un pe­tit coeur bleu blanc rouge fait of­fice de bla­son. L’es­prit se veut au­then­tique.  po­los ont été ven­dus cet été. Les pièces sont bro­dées et éti­que­tées en France mais fa­bri­quées en Ita­lie, avec le sou­hait de faire du  % fran­çais à un prix étu­dié dès que pos­sible.

(D.R.)

Le Pe­tit Fran­çais du Sud vise une crois­sance de  % par rap­port à sa col­lec­tion d’été.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.