Dé­fendre les terres agri­coles pour man­ger bien et lo­cal

Les membres d’un col­lec­tif sur­veillent les do­cu­ments d’ur­ba­nisme pour en­di­guer la dis­pa­ri­tion des terres fer­tiles et la spé­cu­la­tion fon­cière. Au coeur de ce com­bat, l’au­to­no­mie ali­men­taire

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - V. G. vgeorges@ni­ce­ma­tin.fr

Le Var et la ré­gion Pro­vence Alpes Côte d’Azur (Pa­ca) sont par­ti­cu­liè­re­ment tou­chés par la dis­pa­ri­tion des terres agri­coles et la spé­cu­la­tion fon­cière. En­vi­ron 3000 ha de terres agri­coles dis­pa­raissent chaque an­née en PA­CA, et la sur­face agri­cole utile, qui y a chu­té de 12 % entre 2000 et 2010, ne re­pré­sente dé­jà plus que 22 % du ter­ri­toire, pour une moyenne na­tio­nale de 52 %. Le nombre de fermes et d’ex­ploi­ta­tions chute tout au­tant (lire ci-contre). «À ce rythme, qui va nous nour­rir de­main?», in­ter­rogent les membres du col­lec­tif de dé­fense des terres fer­tiles, qui or­ga­nise une jour­née d’échanges, de dis­cus­sion et de ré­flexion, ou­vert à tous, le 28 oc­tobre à Pu­get-sur-Ar­gens (1). Créé en 2007, il réunit des hommes et des femmes en­ga­gés dans des struc­tures va­riées : grou­pe­ments (bio consom’ac­teurs Pro­vence, Agri­bioVar), as­so­cia­tions de dé­fense de l’en­vi­ron­ne­ment, AMAP, syn­di­cat (confé­dé­ra­tion pay­sanne), etc.

Un ré­seau de veille

« Nous de­vons ou­vrir cette ques­tion du fon­cier agri­cole aux autres sphères ci­toyennes car ce­la nous concerne tous, ex­plique Ch­loé Gillet, ani­ma­trice du col­lec­tif. Qu’al­lons-nous man­ger, où se­ront pro­duits les ali­ments, dans quelles condi­tions ? Il y a une prise de conscience ci­toyenne pour une ali­men­ta­tion saine et de proxi­mi­té. Mais com­ment l’ob­te­nir sans terre agri­cole? Au­jourd’hui, c’est un dé­fi im­por­tant à re­le­ver pour maintenir des agri­cul­teurs sur notre ter­ri­toire». De­puis 2014, les membres du col­lec­tif ont struc­tu­ré et ani­mé un ré­seau de veille pour empêcher la dis­pa­ri­tion de l’agri­cul­ture pay­sanne et lo­cale sur le dé­par­te­ment du Var. Qua­tre­vingts bé­né­voles, agri­cul­teurs, ci­toyens, lisent et épluchent tout ce qui est re­la­tif aux do­cu­ments d’ur­ba­nisme (POS lors­qu’il en reste, PLU, SCOT), vont aus­si consul­ter les dos­siers d’en­quête pu­blique et sur­veillent les an­nonces pa­rues dans la presse pour voir si des terres agri­coles sont me­na­cées d’être dé­clas­sées, ren­dues ur­ba­ni­sables, construc­tibles. Lors­qu’une telle in­for­ma­tion est re­mon­tée, le col­lec­tif écrit aux élus, aux com­mis­saires en­quê­teurs. Et si ses re­com­man­da­tions ne sont pas prises en compte, il pour­suit l’ac­tion en or­ga­ni­sant une mo­bi­li­sa­tion lo­cale, alerte les mé­dias, voire même lance une ac­tion en jus­tice contre le do­cu­ment contes­té. Le col­lec­tif s’est ain­si for­te­ment mo­bi­li­sé avec suc­cès contre le PLU de Roc­ba­ron qui dé­clas­sait une quin­zaine d’hec­tares agri­coles. D’autres dos­siers sont moins mé­dia­tiques. Ain­si, «on in­forme les per­sonnes qui veulent ache­ter une terre agri­cole sur ce qu’elles peuvent y faire », pré­cise l’ani­ma­trice. «On va aus­si es­sayer d’aler­ter sur la pro­blé­ma­tique des dé­chets inertes sur des terres agri­coles, qui tend à se dé­ve­lop­per », sou­ligne Ch­loé Gillet. (1) Le 28 oc­tobre de 9h30 à 11h, as­sem­blée gé­né­rale, 12h re­pas bio (sur ré­ser­va­tion), 14-18 heures col­loque sur l’état des lieux du fon­cier agri­cole dans le Var, et dans la Val­lée de l’Ar­gens. Ren­sei­gne­ments 06.95.46.21.69. ou col­lec­tif­de­fen­se­ter­res­fer­tiles@gmail.com

(Photo Phi­lippe Ar­nas­san)

Après l’état des lieux du fon­cier agri­cole dans le Var et la Val­lée de l’Ar­gens, le col­loque évo­que­ra les ou­tils de pré­ser­va­tion du fon­cier agri­cole et l’agri­cul­ture de de­main sur ce ter­ri­toire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.