Le cou­rage d’une femme

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Côte D’azur - CH. P.

Les pre­miers mots de Jean-Mi­chel Prêtre, hier, lors d’une con­fé­rence de presse au pa­lais de jus­tice de Nice, ont été à l’adresse de Jac­que­line Vey­rac:

«Je vou­drais dire mon sou­la­ge­ment et ma sa­tis­fac­tion qu’on ait pu re­trou­ver Mme Vey­rac saine et sauve. Et je sou­haite in­sis­ter sur les qua­li­tés re­mar­quables, la vo­lon­té de ré­sis­tance de cette femme qui n’a ja­mais bais­sé les bras et a dé­mon­tré un ca­rac­tère ex­cep­tion­nel.» La riche sep­tua­gé­naire, vic­time d’un en­lè­ve­ment lun­di, en plein centre-ville de Nice, et re­trou­vée deux jours plus tard, a vé­cu  heures de cal­vaire sur le­quel le ma­gis­trat a en par­tie le­vé le voile: «Ce que Mme Vey­rac dit de sa sé­ques­tra­tion est par­ti­cu­liè­re­ment im­pres­sion­nant pour une dame de  ans.» Li­go­tée aux che­villes et aux poi­gnets, bâillon­née, les yeux ban­dés, Jac­que­line Vey­rac est par­ve­nue par deux fois à se li­bé­rer de ses liens quitte à se bles­ser. Ses geô­liers l’ont alors sou­mise à des me­sures de ré­tor­sion, à des me­naces et à des vio­lences avec la pose de liens en­core plus ser­rés. La femme d’af­faires au ca­rac­tère bien trem­pé a re­fu­sé de s’ali­men­ter alors qu’elle était pri­son­nière d’une four­gon­nette qui était ré­gu­liè­re­ment dé­pla­cée. «Nous avons tous été ad­mi­ra­tifs qu’elle soit ca­pable, dès mer­cre­di, de don­ner avec calme et pré­ci­sion des in­di­ca­tions pré­cieuses pour les suites de l’en­quête», a en­core sa­lué le ma­gis­trat.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.