La vi­ti­cul­ture va­roise, un bon cru pour l’em­ploi

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var -

Près d’un tiers des ex­ploi­ta­tions agri­coles en PACA est spé­cia­li­sé en vi­ti­cul­ture. Le Vau­cluse et le Var re­pré­sentent 86 % des sur­faces vi­ti­coles de l’en­semble de la ré­gion. Une ap­proche qua­li­té est fon­dée sur les ap­pel­la­tions d’ori­gine contrô­lées pour va­lo­ri­ser la pro­duc­tion. Pour le Var, ce sont 91 % des pro­duc­teurs qui pro­posent leurs vins sous signe qua­li­té avec AOP : Côtes de Pro­vence, Co­teau va­rois en Pro­vence, Ban­dol… En 2014, les pro­duc­teurs ré­gio­naux pro­dui­saient 4 313 800 litres, en très grande ma­jo­ri­té en vins rouges et ro­sés. Avec 1 434 400 litres, le Var est le se­cond pro­duc­teur de la ré­gion der­rière le Vau­cluse, dont 148 300 litres en AOP.

Des for­ma­tions à la carte

L’em­ploi dans la vi­ti­cul­ture re­vêt un ca­rac­tère ma­jo­ri­tai­re­ment sai­son­nier car ponc­tué par les dif­fé­rentes phases de la vigne ou de la vi­ni­fi­ca­tion au cours de l’an­née : la taille, en au­tomne, l’ébour­geon­nage en avril-mai, la ven­dange en sep­tembre en sont les prin­ci­pales ac­ti­vi­tés. Suivent celles liées à l’éle­vage et la ma­tu­ra­tion du vin dans les caves, non sans ou­blier la phase fi­nale, sa com­mer­cia­li­sa­tion. L’en­quête 2017 en be­soin de maind’oeuvre de Pôle em­ploi dans le Var met en exergue que, dans le sec­teur agri­cole et l’in­dus­trie agroa­li­men­taire, 91 % des pro­jets de re­cru­te­ment sont sai­son­niers et 30 % sont consi­dé­rés comme dif­fi­ciles. Les vi­ti­cul­teurs, ar­bo­ri­cul­teurs sa­la­riés et cueilleurs font par­tie du top 3 des mé­tiers les plus re­cher­chés par les em­ployeurs sur le Var. La re­cherche de com­pé­tences tout comme leur adap­ta­tion aux évo­lu­tions des mé­tiers liées à la mé­ca­ni­sa­tion est donc une pré­oc­cu­pa­tion ma­jeure. Pour ré­pondre à ces at­tentes, Pôle em­ploi met en place des for­ma­tions à la carte, d’ou­vriers agri­coles trac­to­ristes avec les ac­teurs lo­caux et les fi­nan­ceurs de la branche par exemple. La sai­son de l’ébour­geon­nage va dé­bu­ter dans les pro­chains jours. Les op­por­tu­ni­tés d’em­ploi aus­si ! les ren­de­ments de pro­duc­tion. Nous pro­dui­sons dé­sor­mais 600 hec­to­litres (une moi­tié en AOP et une moi­tié en IGP). Notre ob­jec­tif est de dou­bler la pro­duc­tion dans les 3 pro­chaines an­nées mais d’ac­qué­rir des parts de mar­ché. Nous fai­sons de la vente aux par­ti­cu­liers et avons éga­le­ment un gros client à Cannes et en Aus­tra­lie. C’est donc na­tu­rel­le­ment que nous avons eu be­soin de re­cru­ter un ven­deur en vins et spi­ri­tueux au ca­veau du Châ­teau pour as­su­rer la vente aux par­ti­cu­liers mais aus­si pour me ve­nir en aide sur le dé­ve­lop­pe­ment du fi­chier clients. Ca m’a pa­ru lo­gique de faire ap­pel à Pôle em­ploi. J’avais dé­jà eu à faire à l’équipe de Pôle em­ploi, et je sa­vais que j’au­rais une ré­ponse ef­fi­cace. J’ai sou­hai­té éga­le­ment faire ap­pel à un ser­vice lo­cal et pou­voir don­ner la chance à quel­qu’un qui avait be­soin de tra­vailler. J’ai trans­mis une fiche de poste, une offre a été dif­fu­sée. J’ai re­çu une bonne di­zaine de CV. J’ai re­te­nu deux per­sonnes pour des en­tre­tiens d’em­bauche. Mme In­grid Mis (lire ci-contre) m’a fait une très bonne im­pres­sion. Nous avons donc fi­na­li­sé le re­cru­te­ment très vite ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.