Douze ans pour le crime en cel­lule à La Far­lède

La cour d’as­sises du Var a re­te­nu comme cir­cons­tance ag­gra­vante la vul­né­ra­bi­li­té du co­dé­te­nu de l’ac­cu­sé, qui était âgé de 78 ans et pla­cé sous tu­telle. L’avo­cat gé­né­ral avait re­quis seize ans

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var -

La cour d’as­sises du Var a condam­né hier soir Yas­sine El Mah­boub, 22 ans, à douze ans de ré­clu­sion, pour des vio­lences mor­telles sur Mo­ha­med Bou­ta­ghane, 78 ans, le 19 août 2014, dans la cel­lule de la mai­son d’ar­rêt de La Far­lède où tous deux se trou­vaient dé­te­nus.

Seul en France

Évo­quant la mé­moire de la vic­time, Me Adam Krid (bar­reau de Nice) est in­ter­ve­nu aux in­té­rêts de son épouse et de leurs sept en­fants, qui vivent tous en Al­gé­rie. Mo­ha­med Bou­ta­ghane avait quit­té son pays en 1970, pour ve­nir tra­vailler en France dans le bâ­ti­ment. Il y était res­té à l’heure de la re­traite, ne re­tour­nant au­près des siens que pour des va­cances. «La souf­france de la fa­mille est d’avoir per­du cet homme de 78 ans dans des cir­cons­tances très pé­nibles. »

Ques­tion spé­ciale

En conclu­sion de son ré­qui­si­toire, l’avo­cat gé­né­ral Eli­sa­beth Liard a de­man­dé au pré­sident de po­ser à la cour une ques­tion spé­ciale sur la vul­né­ra­bi­li­té de la vic­time. En rai­son de son âge et du fait qu’elle était sous tu­telle. Cette cir­cons­tance ag­gra­vante des coups mor­tels, avait pour ef­fet de por­ter de quinze à vingt ans la peine maxi­mum en­cou­rue. Elle en a re­quis seize. L’avo­cat gé­né­ral a mis en pers­pec­tive les aveux de l’ac­cu­sé, au tout dé­but de son pro­cès, avec les dé­ve­lop­pe­ments de l’en­quête, qui avait conclu qu’il n’y avait pas d’autre au­teur pos­sible, pour ce crime com­mis dans le huis clos de la cel­lule 36. Pour Mme Liard, ces aveux de der­nière mi­nute avaient mi­ni­mi­sé l’in­ten­si­té des vio­lences exer­cées par l’ac­cu­sé, comme l’avait consta­té l’au­top­sie. Quant à la res­pon­sa­bi­li­té

(Cro­quis d’au­dience Ré­mi Ker­fri­din)

Pour la dé­fense de Yas­sine El Mah­boub, Me Alain Saf­far a in­di­qué qu’il était dé­sor­mais at­teint de psy­chose.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.