Fayence : tré­sors de prin­temps au Sa­lon des an­ti­quaires

De­puis 1986, le ren­dez-vous est de­ve­nu une ins­ti­tu­tion va­roise, dans le cadre en­chan­teur du Grand jar­din. Ren­contre avec un maître des lieux tou­jours aus­si passionné, Mi­chel Al­longue

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - EME­RIC CHAR­PEN­TIER

Mi­chel Al­longue est le pro­prié­taire du Grand jar­din, ce lieu bu­co­lique et en­chan­teur qui sert de cadre au Sa­lon des an­ti­quaires. Presque une ins­ti­tu­tion au­jourd’hui à Fayence, avec une édi­tion prin­ta­nière de re­tour de­puis hier et jus­qu’au 16 mai. Ren­contre avec le maître des lieux.

De­puis quand or­ga­ni­sez-vous ce sa­lon ?

J’ai com­men­cé à faire des dé­bal­lages sur la place de l’Église. Puis, je suis al­lé sur Seillans, Saint-Tro­pez, Nice, mais je cher­chais un lieu fixe et je l’ai trou­vé ici. La pre­mière édi­tion s’est dé­rou­lée en . Au dé­part, il avait lieu aux quatre sai­sons et puis, vu que je prends de l’âge, j’ai ré­duit un peu. Main­te­nant, je l’or­ga­nise à Noël, en mai et en août.

Est-ce qu’il a beau­coup évo­lué avec le temps ?

On fai­sait de la bro­cante as­sez spé­cia­li­sée en an­ti­qui­tés au dé­but. Se sont ajou­tés le de­si­gn et l’art mo­derne au fil des an­nées, car les gens s’in­té­ressent à une pa­no­plie d’arts très di­verse et il faut suivre les goûts du jour. Sur le site, il y a  stands dis­po­nibles, sur près de   m, mais cer­tains ex­po­sants prennent deux em­pla­ce­ments, d’autres ont be­soin de beau­coup de sur­face. Ce sont tous des pro­fes­sion­nels, qui viennent es­sen­tiel­le­ment de la ré­gion Paca. Mais par­fois aus­si de plus loin.

Est-ce que vous avez un cer­tain re­nou­vel­le­ment par­mi ces ex­po­sants ?

Oui, mais j’ai quand même beau­coup d’ha­bi­tués, des fi­dèles qui viennent cer­tains de­puis plus de  ans et qui tiennent à leurs em­pla­ce­ments.

On peut chi­ner au Grand jar­din, mais aus­si man­ger ?

Oui, c’est ma fille Élise qui tient le res­tau­rant. Son ma­ri Ni­co­las a tra­vaillé comme chef pâtissier au Georges V et à Terre Blanche. Ils ont en­suite ou­vert une école de cui­sine à Seillans, La Ma­gna­ne­rie. Ils as­surent un ser­vice de mi­di à  h, avec une for­mule et des me­nus. En­suite, on a une mi­ni-carte, avec des pla­teaux apé­ri­tifs, des planches de char­cu­te­rie (de chez Au­tran à Cal­lian), des ca­fés, des thés... et bien sûr, beau­coup de pâ­tis­se­ries !

(Pho­tos E.C.)

L’or­ga­ni­sa­teur Mi­chel Al­longue (à gauche), en compagnie d’un de ses fi­dèles ex­po­sants de­puis  ans, Pas­cal Fer­ra­la-Cos­ma.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.