Trois jours, la tête dans le gui­don

C’est par­ti ! De­puis hier, la 11e édi­tion du ras­sem­ble­ment Har­ley est of­fi­ciel­le­ment lan­cée. Entre dé­fi­lé de belles cy­lin­drées et évé­ne­ments au vil­lage, l’am­biance est dé­jà là

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - CH­RIS­TIANE GEORGES cgeorges@ni­ce­ma­tin.fr

Les voi­là ! On ou­blie la mer et son Golfe clair pour faire place jus­qu’à di­manche aux mo­teurs qui ru­gissent, aux barbes qui fleu­rissent et à une pure am­biance rock. Dès hier, les bi­kers ont su faire ou­blier le temps mo­rose par leur pré­sence pro­vo­cante et pé­ta­ra­dante. Mu­sique rock et ef­fluves d’es­sence, le cam­ping gri­mau­dois des Prai­ries de la mer qui hé­berge la plu­part d’entre-eux donne le ton. Sur les mo­bile-home, les mo­tards ont af­fi­ché la cou­leur : « Les Fran­gins du Sud », les « Ber­mu­da tri­angle », « Les Mas­si­lias » Belges, Al­le­mands, Néer­lan­dais, Ita­liens… La langue Har­ley est in­ter­na­tio­nale. Un joyeux mé­lange de na­tio­na­li­tés pour une même pas­sion : l’ico­nique Har­ley-Da­vid­son. On com­pare les ca­landres, on fait ron­ron­ner les mo­teurs, on ob­serve, on che­vauche les en­gins, his­toire de voir s’il existe mieux que sa belle cus­to­mi­sée. Dans les bars, les mu­si­ciens s’ins­tallent pour la pre­mière grande soi­rée et les bar­maids se pré­parent: « Le fes­ti­val c’est beau­coup de tra­vail mais j’adore l’am­biance » sou­rit Jen­na.

Ça va être le feu !

Ins­tal­lé face à la scène prin­ci­pale, le « Pique-nique snack » est fin prêt pour le coup de rush : « On est nom­breux à ve­nir tra­vailler en ex­tra, juste pour les trois jours. Ça va être le feu ! » se ré­jouit Leu­sa. Dans les al­lées du vil­lage free­way, les stands se suc­cèdent : vê­te­ments si­glés, cuirs, bijoux à tête de mort, cein­tures per­son­na­li­sées… tout est pré­vu pour trou­ver sa pa­no­plie idéale. Gros suc­cès à la bou­tique de casques : mé­tal­li­sé ou vin­tage, le crâne ain­si pro­té­gé, on est un autre homme. Plus loin, un couple se fait dé­co­rer l’avant-bras à l’ate­lier ta­touage : « Ça va ma chérie ? », lance le ma­ri à son épouse vi­si­ble­ment moins stres­sée. Plus loin, un pho­to­graphe équi­pé d’un pa­ra­pluie ré­flec­teur et d’un fond neutre pro­pose à un autre couple de les im­mor­ta­li­ser en blou­son clou­té. Hier, mal­gré le plan vi­gi­pi­rate ren­for­cé au­quel les vi­si­teurs se sont pliés de bonne grâce, l’am­biance était ré­so­lu­ment à la fête. Celle de pas­sion­nés qui pen­dant trois jours, se rêvent libres de toute contrainte à bord de leur su­perbe en­gin. His­toire de re­joindre la de­vise, af­fi­chée par­tout dans le vil­lage, « Screw it, let’s ride »: « Ne pense à rien et roule ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.