Phi­lippe Lot­tiaux (FN) : « l’en­jeu, c’est la proxi­mi­té »

Col­la­bo­ra­teur de Da­vid Ra­chline à la mai­rie de Fré­jus, le conseiller ré­gio­nal de 51 ans a lan­cé sa cam­pagne au Luc, jeu­di soir. Marc-Etienne Lan­sade se­ra son sup­pléant

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Golfe De Saint-Tropez - GUILLAUME JA­MET gja­met@var­ma­tin.com

En­vi­ron 200 per­sonnes, ve­nues de toute la cir­cons­crip­tion, ont ré­pon­du à l’in­vi­ta­tion, jeu­di soir, à la salle lu­coise Jean-Louis Dieux. Après une ra­pide in­tro­duc­tion ef­fec­tuée par le maire fron­tiste, Pas­cal Ver­relle, et l’in­ter­ven­tion de Co­line Hous­says, res­pon­sable du FN jeunes pour la 4e cir­cons­crip­tion, c’est MarcE­tienne Lan­sade, maire fron­tiste de Co­go­lin, qui a été in­vi­té à prendre la pa­role en tant que sup­pléant.

« Sou­ve­nez-vous  »

Évo­quant Phi­lippe Lot­tiaux, MarcE­tienne Lan­sade a rap­pe­lé que lui aus­si avait été ac­cu­sé de « pa­ra­chu­tage » à son ar­ri­vée (ce proche de Ma­rine Le Pen tra­vaillait dans l’im­mo­bi­lier à Le­val­lois-Per­ret, tan­dis que Phi­lippe Lot­tiaux était le DGS de la ci­té gé­rée par Pa­trick Bal­ka­ny, Ndlr). « Nous avons connu le même par­cours, choi­si le même en­ga­ge­ment. Phi­lippe et moi sié­geons en­semble à la Ré­gion. Il montre une image po­sée, c’est quel­qu’un de pré­cis, de “sa­chant”… Ce se­ra un ex­cellent dé­pu­té, pour l’élec­tion du­quel nous de­vons tous nous mo­bi­li­ser. Nous al­lons mon­trer que le FN, ça marche ! » Au tour de Phi­lippe Lot­tiaux de prendre place sur la tri­bune. Ce­lui qui fut ten­té par la scène en tant que chan­son­nier est à l’aise. « Un pa­ra­chu­té, des fois, c’est utile : sou­ve­nez-vous 1944 ! » Rires dans la salle. « Le sys­tème veut nous faire pas­ser pour des im­bé­ciles. On nous a pro­mis le chaos en cas d’élec­tion de Ma­rine Le Pen… Je te­nais à donc fé­li­ci­ter les élec­teurs qui ont re­fu­sé d’en­voyer le fils spi­ri­tuel de Hol­lande à l’Ély­sée. » Puis Phi­lippe Lot­tiaux al­terne les su­jets lo­caux et na­tio­naux : « L’en­jeu, c’est la proxi­mi­té. Je dé­fen­drai les pe­tites com­munes, les en­tre­prises lo­cales, quand les ag­glo­mé­ra­tions – Tou­lon, Nice, Mar­seille – ti­re­ront tout à elles. J’irai dans toutes les com­munes, pour en­tendre ce que les gens ont à dire et por­ter leur pa­role à Pa­ris. » En­suite, un peu pêle-mêle : dé­cla­ra­tion « in­sul­tante » de Ma­cron en­vers les Har­kis et Pieds-Noirs, at­taque contre Les Ré­pu­bli­cains « qui vous tra­hi­ront pour une miette de pou­voir », les autres par­tis en gé­né­ral: « ils nous disent ex­tré­mistes, mais re­fusent qu’un tiers de Fran­çais soit re­pré­sen­té à l’As­sem­blée. Ce sont eux les por­teurs de bê­tise, d’ar­ro­gance, de com­pro­mis­sion. »

L’Ap­pel du  juin

Em­ploi, sé­cu­ri­té, sau­ve­garde des tra­di­tions, dé­ve­lop­pe­ment ru­ral, lutte contre la pau­vre­té… C’est un pro­gramme pré­si­den­tiel que Phi­lippe Lot­tiaux a dé­rou­lé pen­dant une de­mi-heure, concluant sur une ci­ta­tion de l’Ap­pel du 18 juin : « Quoi qu’il ar­rive, la flamme de la ré­sis­tance fran­çaise ne doit pas s’éteindre et ne s’étein­dra pas. » Sui­vie de « Vive la 4e, vive le Front na­tio­nal,vive Ma­rine Le Pen, vive la France ! » Osé.

(Pho­tos G. J.)

Phi­lippe Lot­tiaux, Marc-Etienne Lan­sade, Co­line Hous­says et Pas­cal Ver­relle ont en­ton­né une Mar­seillaise, ac­com­pa­gnés par les di­zaines de per­sonnes ve­nues as­sis­ter à la soi­rée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.