Pierre Au­caigne gra­ti­fié d’une stan­ding ova­tion

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Golfe De Saint-tropez - F. BA.

Dans un grand bol, ver­sez quelques gouttes de Louis de Fu­nès, une li­chette de Mis­ter Bean, ajou­tez une pin­cée de Jacques Ta­ti, une cuillère à ca­fé de Fer­nand Ray­naud et sau­pou­drez d’Alex Mé­tayer, ajou­te­zy en­core qui vous vou­drez, faites mon­ter le tout en neige et vous ob­tien­drez un Pierre Au­caigne « En pleine crise », qui a conquis son pu­blic à l’Es­pace Al­bert-Ra­phaël. Sur­vol­té, au som­met de son art, l’hu­mo­riste fait tout avec rien, rem­plit l’es­pace de per­son­nages et de si­tua­tions ima­gi­naires aux­quelles on croit, comme sa va­lise qu’il prend pour son chien : n’im­porte quoi ! Il va jus­qu’à don­ner corps à des per­son­nages in­vi­sibles et réus­sit même à in­car­ner un do­cu­men­taire sur la plus grosse canne à pêche du monde, un autre sur la chasse à courre dans la fo­rêt de Sainte-Maxime. Sa fo­lie est conta­gieuse : dans la salle de l’Es­pace Al­bertRa­phaël, un tiers en­vi­ron des spec­ta­teurs l’ont dé­cou­vert pour la pre­mière fois et à la fin du spec­tacle, tous se sont le­vés pour ap­plau­dir l’ar­tiste. Le­quel, dans un der­nier pied de nez ab­surde, après ses re­mer­cie­ments aux tech­ni­ciens qu’il cha­hute gen­ti­ment et à Vé­ro­nique Barbe, l’or­ga­ni­sa­trice de cette der­nière séance de l’an­née es­tam­pillée « Les Arts du rire », se dan­dine quelques mi­nutes avant de lâ­cher « Euh, alors qu’est-ce qu’on fait main­te­nant ? Je ne sais pas si c’est vous qui par­tez en pre­miers ou si c’est moi ?!». À ne pas man­quer, dès qu’il se­ra de re­tour !

(Pho­to F.Ba)

Pierre Au­caigne pré­sen­tait « En pleine crise » à l’Es­pace Al­bert-Ra­phaël.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.