L’An­ti­qui­té ro­maine dans le Var s’ex­pose à La Celle

Avec l’ex­po­si­tion Des dieux et des hommes, l’abbaye va­roise fait un bond dans l’An­ti­qui­té ro­maine. Une cin­quan­taine de pièces, toutes dé­cou­vertes dans le Var, y sont pré­sen­tées. Su­perbe!

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - P.-L. P. pl­pages@var­ma­tin.com

Des dieux et des hommes. L’in­ti­tu­lé de l’ex­po­si­tion qui oc­cupe le ré­fec­toire et le dor­toir de l’abbaye de La Celle fait im­man­qua­ble­ment pen­ser au film de Xa­vier Beau­vois, re­tra­çant l’as­sas­si­nat des moines de Tib­hi­rine en 1996. Mais la com­pa­rai­son s’ar­rête là. Car ce bond de 2000 ans dans l’his­toire montre à quel point l’An­ti­qui­té ro­maine, longtemps po­ly­théiste, pou­vait se mon­trer plus to­lé­rante que notre so­cié­té moderne…

Gran­deur et dé­ca­dence

Ici, nulle ques­tion en ef­fet d’exé­cu­tion som­maire au nom d’un dieu quel­conque. Mais au contraire, le té­moi­gnage de la co­exis­tence pa­ci­fique – par­fois sous un même toit – de dif­fé­rentes di­vi­ni­tés. Seule sculp­ture à por­ter les stig­mates de vio­lences dé­li­bé­rées : la tête de l’em­pe­reur Com­mode, pro­ba­ble­ment traî­née du fo­rum jusque dans un quar­tier d’ha­bi­ta­tion dans le Fré­jus an­tique. « C’était un homme mé­ga­lo, dé­ment et cruel. À sa mort, les ci­toyens n’ont pas mis longtemps à faire dis­pa­raître toute trace de ce culte im­pé­rial en dé­trui­sant les sta­tues à son ef­fi­gie », ex­plique Yvon Le­moine, spé­cia­liste des sculp­tures ro­maines an­tiques et, à ce titre, com­mis­saire de l’ex­po­si­tion. Pour le reste, même si le temps a fait son oeuvre, tout n’est que dou­ceur et har­mo­nie. Ain­si, les dieux du Pan­théon ro­main semblent avoir toujours oc­cu­pé ce haut lieu de l’art ro­man re­li­gieux. Il est vrai que l’abbaye de La Celle est cons­truite sur les ves­tiges d’un do­maine vi­ti­cole ro­main. Par­mi la cin­quan­taine de pièces, toutes dé­cou­vertes dans le Var et pour la plu­part pré­sen­tées au pu­blic pour la pre­mière fois, la tête de la déesse Mi­nerve, même pri­vée de son casque, comme « scal­pée », s’im­pose par sa beau­té. La blan­cheur im­ma­cu­lée et le grain si par­ti­cu­lier du marbre de Pa­ros n’y sont sans doute pas étran­gers.

In­fluences ex­té­rieures

Le mou­lage de la tête de Ju­pi­ter, l’Her­mès bi­cé­phale de Bac­chus et de Pan sé­duisent par la fi­nesse de leurs traits. Plus rare, le buste de Tri­ton rap­pelle l’im­por­tance du port de Fo­rum Ju­lii (Fré­jus) au Ier siècle après Jé­sus-Ch­rist. Ces sculp­tures im­po­santes sont sys­té­ma­ti­que­ment as­so­ciées à des pièces plus mo­destes. Une mise en scène vou­lue par Yvon Le­moine. «L’ex­po­si­tion se dé­couvre en deux temps: les grosses pièces pour les vi­si­teurs pa­pillons, les plus pe­tites pour les cap­tifs ». Une réus­site. Tout comme la place ac­cor­dée aux cultes orien­taux. En im­po­sant sa Pax Ro­ma­na de l’Es­pagne au Golfe Per­sique, l’em­pire s’est inexo­ra­ble­ment ou­vert aux in­fluences ex­té­rieures. Même re­li­gieuses. Des in­fluences par­ve­nues jusque dans le Var. Le buste dé­ca­pi­té d’Ar­té­mis d’Éphèse, dé­cou­vert par mi­racle dans les rem­parts du XVIIIe siècle à Tou­lon, en té­moigne. Tout comme le Cautes, l’un des deux por­teurs de torche que l’on re­trouve sys­té­ma­ti­que­ment aux cô­tés de Mi­thra, une di­vi­ni­té ira­nienne à l’ori­gine. Dé­cou­verte à Ol­lières en 1978, cette sculp­ture n’a for­mel­le­ment été iden­ti­fiée comme Cautes qu’il y a un an par… le com­mis­saire de l’ex­po­si­tion.

Ex­po­si­tion gra­tuite ou­verte jus­qu’au 17 sep­tembre du mar­di au di­manche in­clus de 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 17 h 30. Vi­sites commentées pos­sibles. Rens. 04.98.05.05.05.

(Pho­tos Fran­çois Baille et Gil­bert Ri­nau­do)

Yvon Le­moine, com­mis­saire de l’ex­po­si­tion, der­rière les re­pré­sen­ta­tions de Ju­pi­ter et de Mi­nerve. Du temps de l’An­ti­qui­té ro­maine, les em­pe­reurs – de simples hommes – étaient par­fois éle­vés au rang de di­vi­ni­té. Un culte de la per­son­na­li­té qui ne sur­vi­vait pas for­cé­ment à la mort des « Cé­sar ». En té­moigne cette tête de l’em­pe­reur Com­mode (à gauche) qui porte les stig­mates d’une dam­na­tio me­mo­riae, une condam­na­tion à l’ou­bli post-mor­tem. 6 Mou­lage de Pan. 5 L’Ar­té­mis d’Éphèse dé­cou­verte à Tou­lon. 3 Le tronc d’une sculp­ture de Tri­ton re­trou­vé à Fré­jus. 6 5 3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.