Feu le dé­pu­té-maire

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Par Adieu, mon­sieur le Dé­pu­té-Maire. Vous et les vôtres avez été pen­dant des dé­cen­nies les pi­liers de la Ré­pu­blique. Cein­ture tri­co­lore en ban­dou­lière et sou­rire dé­bon­naire, vous étiez de toutes les ma­ni­fes­ta­tions pu­bliques, in­car­na­tion pa­ra­doxale de cette France à la fois ja­co­bine et dé­cen­tra­li­sée, où tout, ja­dis, re­mon­tait tou­jours à Pa­ris mais qui lais­sait sub­sis­ter, comme un an­ti­dote, une bi­zar­re­rie hexa­go­nale, un ar­chaïsme peut-être, ces   com­munes qui sont le cau­che­mar des « mo­der­ni­sa­teurs » et l’ho­ri­zon men­tal des ci­toyens. Vous étiez le no­table par ex­cel­lence. Le cou­teau suisse de la dé­mo­cra­tie. La re­la­tion bien pla­cée des gens qui n’en ont pas. L’élu « de ter­rain », qui n’igno­rait rien des pro­blèmes d’em­ploi, d’ad­duc­tion d’eau ou de trottoirs, mais qui avait ses en­trées à la pré­fec­ture et dans les mi­nis­tères. Vous aviez la poi­gnée de main fa­cile et le bras long. On vous mau­dis­sait mais on vous ai­mait bien. La preuve : vous étiez ré­gu­liè­re­ment ré­élu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.