Cos­te­belle: «Ce que vivent les élèves est in­ac­cep­table» Hyères

Une ly­céenne de 17 ans est tou­jours en garde à vue, après avoir frap­pé de deux coups de cou­teau un ca­ma­rade de classe, lun­di. Le trouble est grand dans un ly­cée dé­jà tou­ché, il y a 7 jours

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - S. M. ET SO. B.

Un ly­cée sous le choc. Au len­de­main de l’agres­sion très vio­lente com­mise par une ly­céenne sur l’un de ses ca­ma­rades de classe, le ly­cée hyé­rois de Cos­te­belle est en proie à une grande in­quié­tude. De­puis son in­ter­pel­la­tion lun­di, la jeune fille de 17 ans, au­teur pré­su­mée des coups de cou­teau, est en garde à vue au com­mis­sa­riat d’Hyères. Son té­moi­gnage ne laisse guère de doute sur sa vo­lon­té de por­ter at­teinte à l’in­té­gri­té phy­sique de son ca­ma­rade, âgé de 18 ans. La vic­time et l’au­teur sont de bons amis et sco­la­ri­sés dans la même classe de ter­mi­nale lit­té­raire, ce qui rend l’acte d’au­tant plus in­ex­pli­cable. C’est jus­te­ment toute la dif­fi­cul­té du dos­sier. Hier, un mé­de­cin psy­chiatre a es­ti­mé que cette jeune fille ne souffre pas d’ano­ma­lies psy­chia­triques. Elle est donc consi­dé­rée pé­na­le­ment res­pon­sable. Une ex­per­tise psy­chia­trique plus pous­sée a été de­man­dée et se­ra pra­ti­quée plus tard.

« Elle vou­lait voir ce que ça fai­sait »

Mais la dé­po­si­tion de la ly­céenne a sus­ci­té un grand éton­ne­ment. Pour s’ex­pli­quer, elle au­rait ré­pon­du en sub­stance qu’elle « vou­lait voir ce que ce­la fai­sait de poi­gnar­der quel­qu’un», ré­vèle une source proche de l’en­quête. Une af­fir­ma­tion in­quié­tante, que des élèves du ly­cée ont aus­si en­ten­due de sa part. Les plon­geant dans le trouble et la stu­peur. Une af­fir­ma­tion que les po­li­ciers met­tront peut-être en re­la­tion avec des ob­jets re­trou­vés chez elle. « Une ar­ba­lète, une mal­lette avec des cou­teaux à l’in­té­rieur et un ou­vrage sur les tueurs en sé­rie. C’est un pro­fil un peu in­quié­tant », in­dique cette même source. Lun­di, les deux ly­céens re­des­cen­daient de la colline de Cos­te­belle et se di­ri­geaient vers le ly­cée après une pause dé­jeu­ner prise avec une ca­ma­rade. Cette der­nière a quit­té les deux pro­ta­go­nistes juste avant l’agres­sion, si bien qu’au­cun té­moin di­rect ne peut dé­crire l’en­chaî­ne­ment des faits.

Bles­sures très sé­rieuses

On sait que le jeune homme a été vic­time d’un coup de cou­teau por­té dans le dos, au ni­veau de l’omo­plate, puis un dans l’ab­do­men. Des bles­sures qua­li­fiées hier en­core de « très sé­rieuses », avec un pro­nos­tic vi­tal en­ga­gé. Hos­pi­ta­li­sé à Sainte-Anne à Tou­lon, et en soins in­ten­sifs, le ly­céen n’a pas en­core pu être en­ten­du.

À  m du ly­cée

Un té­moin a vu le bles­sé ti­tu­ber et s’ef­fon­drer de­vant lui. Une tâche de sang sur le bi­tume ma­té­ria­li­sait hier en­core le lieu de l’agres­sion, à trente mètres seule­ment de l’en­trée du ly­cée. Quant à la ly­céenne, elle se se­rait en­suite pré­sen­tée spon­ta­né­ment en an­non­çant « avoir poi­gnar­dé quel­qu’un ». Le cou­teau, qu’elle avait je­té, a été re­trou­vé. Sa lame me­sure huit cen­ti­mètres. Dans la jour­née, le par­quet de Tou­lon de­vrait ou­vrir une in­for­ma­tion ju­di­ciaire, pos­si­ble­ment pour ten­ta­tive d’ho­mi­cide, ou bien – qua­li­fi­ca­tion en­core plus grave – pour ten­ta­tive d’as­sas­si­nat. La ly­céenne de­vrait être dé­fé­rée, en vue de sa mise en exa­men.

(Pho­tos S. M.)

Le contrôle vi­suel des sacs a été ren­for­cé hier ma­tin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.