Droit d’in­ven­taire

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente - Le billet de Phi­lippe Bou­vard

Il est per­mis de­puis avant-hier à tous les ci­toyens-élec­teurs-contri­buables de re­gar­der à la loupe la pho­to of­fi­cielle du nou­veau pré­sident. Et d’en ti­rer les en­sei­gne­ments. On re­mar­que­ra l’air au­to­ri­taire de M. Ma­cron et la cris­pa­tion de ses mains sur le bord du bu­reau, sym­bole de pou­voir au­quel il a choi­si de s’ados­ser. Pas de sur­prise du cô­té des dra­peaux : la ban­nière de l’Eu­rope est dé­sor­mais ri­tuelle. À la bou­ton­nière, le canapé de la Lé­gion d’hon­neur s’est sub­sti­tué au grand col­lier qui s’éta­lait sur l’ha­bit à plas­tron lui-même rem­pla­cé par la cra­vate au­jourd’hui boy­cot­tée dans l’hé­mi­cycle par les dé­pu­tés In­sou­mis. Cô­té culture, alors que Mit­ter­rand po­sait de­vant les oeuvres de Mon­taigne et Hol­lande sur du ga­zon an­glais, Ma­cron se contente de trois ou­vrages tous pa­rus dans la Pléiade : Les Mé­moires de guerre de De Gaulle (ou­vert) ain­si que Le Rouge et le Noir de Sten­dhal et Les Nour­ri­tures ter­restres d’An­dré Gide (fer­més). On cherche l’or­di­na­teur. On trouve un en­crier sur­mon­té d’un coq sans doute gau­lois. L’in­ter­mi­nis­té­riel qui re­lit le chef de l’État aux mi­nistres et aux pré­fets a dis­pa­ru au pro­fit de deux té­lé­phones por­tables. Sans ou­blier la pe­tite pen­dule char­gée d’égre­ner les grandes heures jus­qu’au  mai . Par la fe­nêtre, on aper­çoit les arbres du jar­din de La Lan­terne, ré­si­dence se­con­daire qui ne fi­gu­rait pas – et pour cause – sur la der­nière dé­cla­ra­tion de pa­tri­moine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.