Sé­cu­ri­té rou­tière sur les pistes avec  mo­tards

Le cir­cuit Paul-Ricard a ac­cueilli hier des conduc­teurs de toute la ré­gion pour une jour­née de sé­cu­ri­té rou­tière. En­ca­drée par les mo­tards des forces de l’ordre… qui ont eu la cote

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - SONIA BONNIN sbon­nin@var­ma­tin.com

Àfaible al­lure, le mo­tard de la gen­dar­me­rie en­chaîne les boucles. Puis sa mo­to des­sine un cercle étroit, bas­cu­lée vers le centre, sans dé­cro­cher. Les têtes se tournent, les yeux ri­vés. On s’ap­proche. Ef­fet ga­ran­ti. « Les gen­darmes sont im­pres­sion­nants par leur maî­trise, siffle Fré­dé­ric, ad­mi­ra­tif. La conduite est cha­lou­pée, souple.» Au gui­don de sa 1 300 cm3, cet em­ployé de banque, «jeune mo­tard de­puis six ans », était l’un des 300 par­ti­ci­pants à l’opé­ra­tion de sé­cu­ri­té rou­tière or­ga­ni­sé hier par la pré­fec­ture. Toute la jour­née, il y avait du « gros ca­libre » sur les pistes du cir­cuit du Castellet, qui ac­cueillait l’opé­ra­tion. Ve­nus de toute la ré­gion, les mo­tards se sont confron­tés à des si­tua­tions d’ur­gence ren­con­trées sur la route.

Le re­gard fait tout

Ici, un obs­tacle à évi­ter. Là, un frei­nage ex­trême – « Bras ten­dus, mais le re­gard reste au de­vant. Ne baisse pas le re­gard ! », lance un po­li­cier. Et le dif­fi­cile par­cours à faible al­lure. Un gen­darme de Man­de­lieu-la-Na­poule guide. « Il faut faire prendre conscience que le plus im­por­tant, c’est l’an­ti­ci­pa­tion et le re­gard. » Il s’in­ter­rompt sou­dain : «Lâche l’em­brayage, lâche ! » Les mo­tards de la gen­dar­me­rie ont ap­pris « à se li­bé­rer de toute contrainte phy­sique. On tient la mo­to avec les jambes, la tête est mo­bile ». On se parle entre pas­sion­nés. Ma­rie-Jo, en­sei­gnante, a été « un peu dé­rou­tée au dé­but » par cette fa­çon dif­fé­rente de prendre un vi­rage, « à l’op­po­sé de ce qu’on nous in­culque ». Et? « C’est très ef­fi­cace ! Pour­quoi on ne nous ap­prend pas ça d’en­trée ? » L’avis est una­ni­me­ment par­ta­gé

Conscience

Da­vid, ve­nu d’An­tibes, a 20 ans de mo­to der­rière lui. « On prend conscience du risque, sou­vent après 40 ans. D’ailleurs, la moyenne d’âge n’est pas jeune, ob­serve-t-il. Ici, on ap­prend à rou­ler avec le plus de sé­cu­ri­té pos­sible. » Pas fa­cile dans un en­vi­ron­ne­ment rou­tier de plus en plus dense. «La cir­cu­la­tion est de­ve­nue plus com­pli­quée. » Le must de la jour­née fut la pa­rade sur la piste prin­ci­pale du cir­cuit, à 13 h 09. Trois cents mo­tos, mo­teurs brû­lants, prêts à ava­ler les 5,8 km de la grande boucle du Bol d’or. Avec ou­ver­ture par les mo­tards des forces de l’ordre, qui ne bou­daient pas leur plai­sir. À « pe­tite » vi­tesse, « on a ti­ré un 167 km/h», sou­rit un gen­darme re­trai­té, tan­dis que sa pas­sa­gère a vé­cu « un mo­ment gran­diose ».

(Pho­tos Laurent Mar­ti­nat)

À cô­té des ate­liers pra­tiques, place au mo­ment de pur bon­heur pour les  mo­tards : s’ali­gner sur les , km du tra­cé du Bol d’or, sur le « my­thique » Paul-Ricard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.