« Heu­reux pour notre ré­gion qu’il ar­rive »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’événement -

« Ah bon, c’est le pre­mier A380 vers Nice ? » Bonne sur­prise pour Alain Da­mia­no. Re­trai­té de­puis quelques jours, ce Ni­çois de 62 ans vient de quit­ter sa vie aux Sey­chelles pour re­ga­gner sa terre d’ori­gine. Alors, hier ma­tin, gui­tare à la main, il em­barque à Du­baï pour le grand re­tour... En A380, s’il vous plaît. « Le pro­blème de l’A380, c’est que ça met tou­jours plus de temps à em­bar­quer », ré­agit-il. Pour le coup, ça ne s’est pas vé­ri­fié hier. Alain pré­cise aus­si­tôt : « Ça reste tou­jours im­pres­sion­nant de s’en­vo­ler dans cette grande masse de fer­raille ! » Le voi­là donc, ce fa­meux A380 tant at­ten­du. Un A380-800, plus pré­ci­sé­ment. Nu­mé­ro de ce vol col­lec­tor : EK077. « Un vol un peu par­ti­cu­lier », glisse au mi­cro le pi­lote Vincent Bar­teille, en­thou­siaste. Lin­da ac­quiesce. Au nom du per­son­nel de bord, elle sa­lue « l’un de ces temps forts de l’avia­tion opé­ré par Emi­rates ». Il n’est pas en­core 9 h et, dé­jà, le ther­mo­mètre af­fiche 38°C de­hors. Il est temps de par­tir ! Le vol va du­rer 6 h 20. Le temps d’ava­ler 5156 km en sur­vo­lant l’Ara­bie saou­dite, l’Egypte et l’Ita­lie du sud. Pour son bap­tême, la croi­sière s’an­nonce « dans de bonnes condi­tions mé­téo. » Ouf !

« Une autre ex­pé­rience »

D’em­blée, la classe éco frappe par ses men­su­ra­tions : dix sièges, as­sez larges pour po­ser une sa­coche à ses cô­tés. Les écrans sont à l’ave­nant : im­po­sants (19 pouces), tac­tiles, bien dé­fi­nis, riches de 2500 ca­naux et du wi-fi (aléa­toire tou­te­fois). Un ré­gal pour les pit­chouns. Et au-de­là. « Je suis clai­re­ment mieux as­sise. De toute fa­çon, avec Emi­rates, c’est tou­jours im­pec­cable ni­veau qua­li­té comme ser­vice » sa­lue Na­tha­lie Boué, 45 ans. Elle vit à Du­baï mais re­gagne Bandol avec ses jeunes Vir­gile, Maxi­mi­lien et Aris­tide. Et ses ados ont dé­ci­dé de faire la fine bouche : « Il fait très froid ! » ou « De­dans, on n’a pas l’im­pres­sion qu’il soit plus grand... » La dif­fé­rence est pour­tant là, et bien là. En ha­bi­tué, le Fré­ju­sien Idriss Mak­doud confirme. « Que ce soit en éco ou en bu­si­ness, c’est une autre ex­pé­rience que de vo­ler en A330 ou en B777. L’ap­pa­reil est très si­len­cieux, plus agréable et confor­table. Se­lon moi, c’est le meilleur au­jourd’hui ! Je suis très heu­reux que l’A380 ar­rive à Nice. C’est bien pour la re­gion. » Cette fois-ci, Idriss voyage en classe af­faires. Ecrans en­core plus grands, sièges au confort ex­cep­tion­nel, se­conde table amo­vible, mi­ni-bar... La dif­fé­rence est nette avec le B777 qui of­fi­ciait jus­qu’ici. Mais le vrai plus, c’est l’élé­gant lounge bar de­vant le­quel son pe­tit Adam, 4 ans, cos­tume in­té­gral de pi­lote, fait cra­quer les jo­lies hô­tesses d’Emi­rates. « C’est la nou­velle mas­cotte ! », s’amuse sa ma­man My­riam, qui a elle-même été hô­tesse de l’air du­rant qua­torze ans.

« On n’ima­gine pas... »

Sou­riant, pré­ve­nant, le per­son­nel se montre aux pe­tits soins avec les clients. Il compte en son sein Sé­bas­tien et Ma­her, deux Ni­çois. A l’étage en-des­sous, Alain Da­mia­no vient de dé­jeu­ner. Le bé­mol n°1 à ses yeux. « Ça ne s’est pas amé­lio­ré... Ce­ci mis à part, c’est très agréable. Grand confort, si­lence, quié­tude... Avant, on n’au­rait même pas pu se par­ler ! » Dé­but de des­cente. Les six heures de vol sont pas­sées sans se faire re­mar­quer. A l’écran, on suit l’at­ter­ris­sage grâce à la ca­mé­ra per­chée sur la queue de l’ap­pa­reil. Su­perbe. Et im­pres­sion­nant. « On n’ima­gine pas qu’un tel avion puisse se po­ser à l’aé­ro­port de Nice ! », s’ex­clame Alain. 13 h 35, heure lo­cale. L’im­pact sur la piste est sec. Aus­si sec que le dé­col­lage, lui, sem­blait doux, mal­gré la puis­sance per­cep­tible dans les en­trailles de la bête. Les sa­peurs-pom­piers l’as­pergent co­pieu­se­ment pour le tra­di­tion­nel wa­ter sa­lute. Ar­ri­vée au ter­mi­nal 2. Mis­sion ac­com­plie. Il fau­dra en­core une heure à Alain pour pas­ser les contrôles et ré­cu­pé­rer ses ba­gages. A part ça, « tout s’est pas­sé comme sur des rou­lettes ». De grosses rou­lettes.

Au lounge bar de la classe af­faires, Adam,  ans, joue les mas­cottes dans son cos­tume de pi­lote.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.