Mi­ra­mas : il dé­robe des lan­ce­ro­quettes dans un train !

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France/monde -

Un homme de 23 ans a été mis en exa­men ven­dre­di à Aix-en-Pro­vence pour avoir vo­lé lance-ro­quettes et obus dans un train de mar­chan­dises qui convoyait ce ma­té­riel ap­par­te­nant à l’ar­mée, a-t-on ap­pris de source proche du dos­sier, confir­mant une in­for­ma­tion du Pa­ri­sien. L’homme a été mis en exa­men pour « vol ag­gra­vé », a pré­ci­sé le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique d’Aix-en-Pro­vence, Achille Ki­ria­kides, sans ap­por­ter plus de pré­ci­sions sur les faits. Le vol a été com­mis au cours de la der­nière se­maine de juin, dans un train de mar­chan­dises qui tra­ver­sait la France, entre la base de Mi­ra­mas (Bouches-duR­hône) et celle de Brienne-le-Châ­teau, dans l’Aube, a pré­ci­sé une source proche du dos­sier. Se­lon les pre­miers élé­ments de l’en­quête, les caisses n’étaient « ni plom­bées ni sé­cu­ri­sées », a-t-elle ajou­té. Au to­tal, quatre lance-ro­quettes an­ti­chars et quatre caisses d’obus, ca­pable de pé­né­trer des blin­dages, ont été vo­lés. Les gen­darmes de la sec­tion de re­cherches de Mar­seille, aux­quels l’en­quête a été confiée, ont pu ra­pi­de­ment iden­ti­fier le vo­leur pré­su­mé et re­mon­ter jus­qu’à lui : cou­tu­mier des vols de fret, il « re­pé­rait les conte­neurs iso­lés » pour y dé­ro­ber du ma­té­riel, se­lon la source proche du dos­sier. Les en­quê­teurs l’ont in­ter­pel­lé chez lui à Mi­ra­mas, où le ma­té­riel a éga­le­ment pu être re­trou­vé. L’in­for­ma­tion ju­di­ciaire qui a été ou­verte doit per­mettre de com­prendre si le vo­leur est tom­bé sur ce ma­té­riel par ha­sard, où s’il cher­chait pré­ci­sé­ment à mettre la main sur ces armes, une piste qui n’est pour l’heure pas pri­vi­lé­giée.

En­quête de com­man­de­ment

« Cet in­ci­dent a conduit la mi­nistre des Ar­mées à or­don­ner une en­quête de com­man­de­ment qui de­vra re­voir les condi­tions de trans­port de mu­ni­tions par voie fer­rée et pro­po­ser des me­sures, sus­cep­tibles d’être mises en oeuvre avec la SNCF, pour en ren­for­cer la sé­cu­ri­sa­tion », a-t-on sou­li­gné, hier, au ca­bi­net de Flo­rence Par­ly. En juillet 2015, un vol spec­ta­cu­laire d’ex­plo­sifs au centre de sto­ckage de mu­ni­tions mi­li­taires de Mi­ra­mas [pho­to AFP] avait conduit l’ar­mée à re­voir en ur­gence la pro­tec­tion de ses sites. Au moins 150 dé­to­na­teurs et des pains de plas­tiques avaient été vo­lés par des mal­fai­teurs qui avaient dé­cou­pé les grillages de l’en­ceinte mi­li­taire. En sep­tembre 2016, c’est à la base mi­li­taire d’Istres que des caisses mi­li­taires conte­nant no­tam­ment des élé­ments d’armes de poing et d’épaules avaient été vo­lées. Quatre sus­pects, dont un ca­po­ral-chef, avaient ra­pi­de­ment été mis en exa­men pour leur im­pli­ca­tion pré­su­mée. Quatre mois plus tard, en jan­vier 2017, un porte-en­gin et un trac­to­pelle de l’ar­mée dis­pa­rais­saient près de la même base mi­li­taire d’Istres. Ils avaient été re­trou­vés peu après par les gen­darmes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.