Le­vy et Lan­gasque chutent

Les deux Azu­réens en­core en lice ont connu un troi­sième jour très com­pli­qué hier et pointent loin au clas­se­ment avant d’at­ta­quer la der­nière jour­née au­jourd’hui

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - FABIEN PIGALLE À GUYANCOURT

Il au­ra fal­lu at­tendre le troi­sième tour hier pour voir le par­cours de ce 101e Open de France dé­mo­lir les es­poirs d’Alexan­der Le­vy et Ro­main Lan­gasque. A vrai dire, le n°1 fran­çais (Le­vy) était dé­jà sor­ti frus­tré de sa par­tie ven­dre­di en ren­dant une carte dans le Par. Hier, il a fait pire en sco­rant +3 (+1 to­tal), mais pa­ra­doxa­le­ment, il s’est pré­sen­té un brin dé­ta­ché, avec le vi­sage de ce­lui qui s’avoue vain­cu. Ce­lui qui est tom­bé sur plus fort. Et donc beau­coup moins éner­vé que la veille. « Je ne joue pas très bien de­puis le dé­but de la se­maine. Je me bats mais c’est très aga­çant parce que j’ai en­vie de bien faire… et au fi­nal, je joue à l’en­vers », avouai­til. « Ven­dre­di j’étais très dé­çu, mais là je me dis qu’il y a aus­si des choses plus graves que de mal jouer au golf. » Sur son der­nier tour au­jourd’hui, Le­vy ne se fait guère d’illu­sions. « Je vais es­sayer de bien jouer mais je ne sais pas si ce se­ra le cas. Il faut que je me lâche. Je n’ai pas ta­pé un seul bon coup. Je n’ai pas réus­si à do­mi­ner mon swing. » Jus­qu’à hier, le par­cours de l’Al­ba­tros soi­gneu­se­ment ma­quillé était ju­gé comme “un des plus fa­ciles” ja­mais taillés. Sauf que le vent s’en est mê­lé hier. Que la pluie du ma­tin et la foule de l’après-mi­di ont fait le reste. Le fa­meux “mo­ving day”, sur­nom don­né au troi­sième acte, n’a pas dé­si­gné de vain­queurs po­ten­tiels.

« Com­pli­quée pour tout le monde »

Mais il a éli­mi­né un pa­quet de pré­ten­dants. Un écré­mage re­dou­table. Toute la jour­née, les Tri­co­lores, et pas que, ont ba­taillé. Le coeur et les clubs ont joué les mon­tagnes russes al­ter­nant le bon et le pire. Un up & down ter­rible. A l’ar­ri­vée, les vi­sages étaient mar­qués. Comme pour une étape de mon­tagne. « Je jouais bien, j’étais so­lide et après… j’ai fait un peu le con en­suite », ana­ly­sait à chaud le joueur de Saint-Do­nat, 10e au dé­part, et 45e à l’ar­ri­vée hier soir. « C’était une jour­née com­pli­quée pour tout le monde. C’est dom­mage de la fi­nir très mal. Juste “mal”, ça au­rait été cor­rect. Le par­cours est usant et je n’ai pas réus­si à gé­rer les condi­tions ». Après avoir si­gné un -6 ven­dre­di, meilleure carte de la jour­née, Lan­gasque de­vait se conten­ter hier d’un +6. « C’est notre sport qui per­met ça, si de­main (au­jourd’hui) je re­fais -6, et bien la jour­née d’hier se­ra ef­fa­cée. Quand je pense que cer­tains di­saient que cet Al­ba­tros était fa­cile… heu­reu­se­ment, parce qu’ima­gi­nez s’il avait été dur. Il y a en­core beau­coup de tour­nois cette an­née… », rap­pe­lait-il. Cô­té lea­ders, les scores n’ont pas bou­gé et la pre­mière place se joue tou­jours à -8. Une tête par­ta­gée par le Sué­dois Bjork et l’Amé­ri­cain Uih­len. Le meilleur fran­çais Adrien Sad­dier est 10e (-4).

(Pho­tos FFG/ Or­loff-Ste­vens)

Lan­gasque (club en main à gauche) et Le­vy vou­dront re­mon­ter la pente au­jourd’hui.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.