« Des joueurs qui doivent se prendre en main »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - FAB. P.

Ce HNA Open de France est-il une bonne ré­pé­ti­tion de la Ry­der Cup  qui se dé­rou­le­ra en France l’an pro­chain ?

Ce n’est pas exac­te­ment une ré­pé­ti­tion parce que la taille de l’évé­ne­ment n’au­ra ab­so­lu­ment rien à voir. On peut se per­mettre de faire des es­sais en terme de par­king, cir­cu­la­tion de spec­ta­teurs etc. Mais on ne peut pas com­pa­rer un évé­ne­ment qui at­tire  ou  spec­ta­teurs par jour avec une Ry­der Cup qui en ac­cueille­ra  .

Qu’ap­por­te­ra la Ry­der Cup au golf fran­çais ?

C’est une bonne ques­tion... Il y au­ra un hé­ri­tage. No­tam­ment sur la qua­li­té du par­cours de l’Al­ba­tros grâce à des travaux en­tre­pris en pré­vi­sion de la Ry­der Cup. On n’au­rait ja­mais pu le faire si­non. Si en  la France a la chance d’ac­cueillir les JO, le site se­ra prêt et il n’y au­ra pas de travaux à fi­nan­cer. La Ry­der Cup est une ex­po­si­tion ex­cep­tion­nelle qu’au­cun autre évé­ne­ment gol­fique ne per­met d’avoir. C’est ex­tra­or­di­naire. D’ailleurs, on tra­vaille avec le dif­fu­seur Ca­nal+ pour que les re­trans­mis­sions ne soient pas toutes cryp­tées.

On dit sou­vent que la France n’a pas de culture gol­fique. Qu’en pen­sez-vous ?

Je suis d’ac­cord. Et c’est pour ça qu’on a can­di­da­té pour ac­cueillir la Ry­der Cup et com­bler ce re­tard. Nous ne pou­vons pas nous com­pa­rer aux pays an­glo­saxons ou aux USA. Sur les îles bri­tan­niques vous avez  ou  mil­lions de gol­feurs, aux US,  mil­lions, et en France   pour   li­cen­ciés. Dans le monde, le golf est le pre­mier sport pra­ti­qué. La France a juste un pro­blème avec le golf. On en est conscient. La ma­nière la plus ef­fi­cace pour com­bler ce re­tard, c’est pre­miè­re­ment d’avoir des cham­pions. La Fé­dé­ra­tion a de­puis  ans tout fait pour avoir une po­li­tique spor­tive ef­fi­cace. Wat­tel, Le­vy, Lan­gasque, Du­buis­son étaient ama­teurs et ont été sou­te­nus par la FFG, au­jourd’hui, ils peuvent pré­tendre à une place dans l’équipe de Ry­der Cup. A cô­té de ça, nous de­vons avoir des par­cours plus adap­tés et ac­ces­sibles au plus grand nombre afin de dé­mo­cra­ti­ser la pra­tique. D’où l’idée de la créa­tion de par­cours “com­pact” ur­bains, des par­cours moins chers, moins longs, et qui de­mandent moins de temps pour jouer etc.

Ne pas avoir de joueurs fran­çais dans l’equipe eu­ro­péenne se­rait un échec ?

Ce ne se­rait pas un drame... mais ce se­rait dom­mage. La fé­dé­ra­tion a mis tous les moyens pour qu’un Fran­çais puisse y par­ti­ci­per en . Après, les joueurs sont res­pon­sables de leur des­ti­née. Nous, nous de­vons les ai­der quand ils sont ama­teurs, et en­suite dans la pé­riode de tran­si­tion.

Et après ?

Ça de­vient leur mé­tier et ce n’est pas à une fé­dé­ra­tion de sou­te­nir les joueurs. Si Sten­son est per­for­mant, ce n’est pas parce que la fé­dé sué­doise le sou­tient etc. Ce sont des joueurs pros qui doivent se prendre en main. Alexan­der Le­vy a rem­por­té trois tour­nois sur le cir­cuit eu­ro­péen et ça n’avait ja­mais été fait à son âge. Vic­tor Du­buis­son a été très ai­dé. Mais tout dé­pend de l’en­ga­ge­ment de cha­cun.

Vous dite “a été sou­te­nu”, ce n’est plus le cas ?

Vic­tor est ta­len­tueux et on doit res­pec­ter le rythme au­quel il a en­vie d’exer­cer son mé­tier. Si vous en tant que jour­na­liste, vous avez en­vie de bos­ser h/h c’est su­per, et si vous vou­lez faire h par se­maine per­sonne ne vous di­ra rien... Vic­tor mène sa car­rière comme il en a en­vie et il doit être heu­reux comme ça si­non il ne le fe­rait pas. Ce n’est pas à moi de dire s’il doit jouer plus ou pas. Si la Ry­der Cup ne fait pas par­tie de ses ob­jec­tifs, s’il n’a pas en­vie de faire par­tie des meilleurs joueurs du monde, ce n’est pas parce que je vais lui dire que ça chan­ge­ra. Je dois le res­pec­ter.

Pho­to DR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.