Bé­bel sou­tient les pla­gistes à Juan-les-Pins

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - LIO­NEL PAOLI lpao­li@ni­ce­ma­tin.fr

Jean-Paul Bel­mon­do ne veut pas que les pla­gistes fi­nissent sur le sable. Ins­tal­lé avec son ha­bi­tuelle bande de co­pains, hier après-mi­di à la plage Moo­rea de Juan-lesPins, l’as des as ne mâche pas ses mots:

« Pour­quoi vou­lez-vous dé­truire tout ça ? C’est idiot ! Ça fait des an­nées que je viens ici. S’il n’y a plus rien, je ne re­vien­drai plus… et je ne se­rai pas le seul. » L’éter­nel Ma­gni­fique du ci­né­ma a ap­pris, par une confi­dence de son ami can­nois Jeff Do­me­nech, que sa «can­tine jua­naise» de­vait rem­bal­ler dé­fi­ni­ti­ve­ment ses ma­te­las le 15 sep­tembre. «J’ai été in­di­gné, ar­ti­cule la star, cas­quette à l’en­vers et re­gard éme­raude. Je viens ici de­puis 1952 – eh oui, je suis un vieux mon­sieur. J’ai tou­jours été bien ac­cueilli. Je ne com­prends pas pour­quoi on veut ba­layer tout ça. À cause d’un décret stu­pide (1)? Eh bien, il faut le dé­chi­rer et en faire un autre. »

« Je viens avec des mi­traillettes et je tire ! »

En re­trait de quelques pas, Fred Djian cache dif­fi­ci­le­ment son émo­tion. Cette plage, c’est son père Dé­dé qui l’a fon­dée – en 1950 (2).

«Je suis né dans le sable, sou­rit le grand

gaillard aux che­veux longs. Ici, j’ai vu pas­ser toutes les ve­dettes de ces cin­quante der­nières an­nées. Bo­no vient ré­gu­liè­re­ment, comme Brad Pitt et An­ge­li­na Jo­lie, ou Jean-Paul qui fait par­tie de la fa­mille. Je n’au­rais ja­mais osé l’en­nuyer avec cette his­toire. Mais dès qu’il a su, il a vou­lu nous ai­der. » Au­tour de Bé­bel, les « fi­dèles » se serrent les coudes. L’in­oxy­dable Charles Gé­rard, tou­jours

com­ba­tif à 90 ans, pro­pose de faire « une pé­ti­tion pour sau­ver toutes les plages de la Côte. À quoi ça rime de ra­ser un lieu aussi

pres­ti­gieux, aussi beau ? » L’an­cien cas­ca­deur ni­çois Pierre Ros­so sug­gère une mé­thode

plus ra­di­cale: «S’ils es­saient de dé­mo­lir, je viens avec des mi­traillettes et je tire! M’en fiche si je me prends une bas­tos… »

An­toine Du­lé­ry, ca­ché der­rière ses lu­nettes de so­leil, s’ex­prime avec la voix de Ni­co­las

Sar­ko­zy : « Moi, je suis pour la fer­me­ture… »

Éclats de rire. Le co­mé­dien re­prend: «Sé­rieu­se­ment, c’est un lieu my­thique ! C’est un en­droit simple, tran­quille, pas os­ten­ta­toire pour deux sous, vrai comme la vie, vrai comme

Fred [Djian]. Il faut ab­so­lu­ment le pré­ser­ver. » Le pa­tron de la plage Moo­rea écoute en ho­chant la tête. Y croit-il en­core ? Lors de la se­conde Conven­tion na­tio­nale des pla­gistes, or­ga­ni­sée en mai à Juan-les-Pins, les pro­fes­sion­nels ont ré­af­fir­mé leur re­fus de ce «dik­tat» et leur vo­lon­té d’in­ter­pel­ler «très­vite» le nou­veau gou­ver­ne­ment. « On ver­ra bien, es­qui­vet-il en haus­sant les épaules. Ce qui est sûr, c’est que je ne fer­me­rai pas le 15 sep­tembre. J’ai des ré­ser­va­tions jus­qu’au 28 ! Et je ne dé­mo­li­rai pas l’oeuvre de mon père. Si on me chasse, je quit­te­rai dé­fi­ni­ti­ve­ment Juan-les-Pins et le pays.»

(Pho­to Eric Ottino)

Le cas­ca­deur ni­çois Pierre Ros­so, le co­mé­dien Charles Ber­to­ni, Fred Djian et Charles Gé­rard en­tourent Jean-Paul Bel­mon­do, hier après-mi­di, à Juan-les-Pins.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.