Ciot­ti sou­tient Wau­quiez à la pré­si­dence du par­ti

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France/monde -

In­vi­té, hier, du Grand Ju­ry RTL, le dé­pu­té Les Ré­pu­bli­cains des Alpes-Ma­ri­times Eric Ciot­ti a clai­re­ment pris po­si­tion en fa­veur de Laurent Wau­quiez pour la pré­si­dence du par­ti Les Ré­pu­bli­cains. « S’il est can­di­dat, je le sou­tien­drai. J’ai une com­mu­nau­té de va­leurs avec lui. Il a ga­gné la ré­gion Au­vergne-Rhô­neAlpes sans com­pro­mis­sions. » Le dé­pu­té azu­réen, qui avait été un des prin­ci­paux sou­tiens de Fran­çois Fillon à la pré­si­den­tielle, a de­man­dé que l’élec­tion ait lieu ra­pi­de­ment, « à l’au­tomne ». «Nous avons per­du mais nous sommes en­core vi­vants avec cent dé­pu­tés, ce qui n’est pas le cas du Par­ti so­cia­liste », a-t-il sou­li­gné.

Pour l’ex­clu­sion des « construc­tifs »

Il s’est éga­le­ment dé­cla­ré en fa­veur de « l’ex­clu­sion des douze dé­pu­tés “construc­tifs”. Ce ne sont pas des dé­pu­tés Ré­pu­bli­cains, ils ont été élus sans can­di­dat En marche ! face à eux, ils ont un fil à la patte. Ces per­sonnes sont en ser­vice com­man­dé pour nous af­fai­blir. » Eric Ciot­ti a stig­ma­ti­sé le fait qu’ils n’aient pas si­gna­lé « ce lien de dé­pen­dance » lors­qu’ils étaient can­di­dats aux lé­gis­la­tives, pre­nant l’exemple de la can­di­date sou­te­nue par Ch­ris­tian Es­tro­si dans la e cir­cons­crip­tion des Alpes-Ma­ri­times. Eric Ciot­ti a es­ti­mé éga­le­ment que « cette cla­ri­fi­ca­tion au­rait dû être faite avant les élec­tions lé­gis­la­tives ; le di­vorce était consom­mé », bro­car­dant ceux « qui re­ce­vaient en grande pompe » Em­ma­nuel Ma­cron. Ce fut no­tam­ment le cas à Mar­seille, avant la pré­si­den­tielle, de Ch­ris­tian Es­tro­si, alors pré­sident de la ré­gion Paca.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.