Sky crée la po­lé­mique

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Le Tour de France tient sa pre­mière po­lé­mique liée à la com­bi­nai­son uti­li­sée lors du contre-la-montre de Düs­sel­dorf par quatre cou­reurs de l’équipe Sky, dont Ch­ris Froome, même si le clas­se­ment a été confir­mé of­fi­ciel­le­ment. Il leur est re­pro­ché par deux équipes (BMC et FDJ) d’avoir uti­li­sé un « ajout aé­ro­dy­na­mique » qui se­rait contraire au rè­gle­ment. Cet ajout porte un nom : le Vor­tex. Il s’agit de bandes de pe­tites billes d’air ré­par­ties sur les bras et les épaules et qui per­met­traient d’amé­lio­rer l’aé­ro­dy­na­misme et donc le gain de puis­sance. Et ce gain ne se­rait pas né­gli­geable ! D’après le Fran­çais Fré­dé­ric Grappe, di­rec­teur de la per­for­mance de la FDJ, les cou­reurs de Sky au­raient ti­ré un avan­tage de 18 à 25 se­condes sur les 14 ki­lo­mètres du contre-la-montre de la 1re étape. Fré­dé­ric Grappe était par­ti­cu­liè­re­ment re­mon­té hier au dé­part de la 2e étape à Düs­sel­dorf, à l’ins­tar de Fa­bio Bal­da­to, di­rec­teur spor­tif de BMC. « Le rè­gle­ment est très clair, a as­su­ré Grappe à un groupe de jour­na­listes. Il in­ter­dit tout ajout d’élé­ment aé­ro­dy­na­mique sur la com­bi­nai­son du cou­reur. Sky est clai­re­ment en in­frac­tion ». La ré­ac­tion de la for­ma­tion bri­tan­nique qui compte en ses rangs le pre­mier maillot jaune du Tour, Ge­raint Tho­mas (lui aussi équi­pé de cette com­bi­nai­son sa­me­di), n’a pas tar­dé. « Tout est lé­gal et l’équi­pe­ment a bien sûr été va­li­dé par les com­mis­saires. Nous n’au­rions pas pris le risque de perdre le Tour dès la 1re étape en tri­chant. Nous n’avons pas tri­ché » , a dé­cla­ré le di­rec­teur spor­tif Ni­co­las Por­tal, sur la dé­fen­sive.

Un flou dans le rè­gle­ment

« D’autres équipes uti­lisent ce ma­té­riau », a-t-il pour­sui­vi sans tou­te­fois ci­ter les noms de ces for­ma­tions. « Mais c’est nous que l’on at­taque. Nous n’en­frei­gnons pas le rè­gle­ment car le Vor­tex n’est pas ajou­té au maillot, il est in­té­gré, ce qui est dif­fé­rent ». Ré­plique de Grappe : « Dans ce cas, nous pour­rions (à la FDJ) mo­di­fier les maillots en y in­té­grant des cous­si­nets pour amé­lio­rer l’aé­ro­dy­na­misme. » Se­lon l’ex­pert fran­çais, les bandes de Vor­tex ré­duisent de 5% le co­ef­fi­cient de pé­né­tra­tion dans l’air per­met­tant une aug­men­ta­tion de puis­sance de l’ordre de 24 watts. Le rè­gle­ment, man­quant peut-être de pré­ci­sion, en­tre­tient un flou ju­ri­dique qu’a re­con­nu le pré­sident du ju­ry des com­mis­saires, le Belge Phi­lippe Ma­rien. « Sur la base du rè­gle­ment, je ne dis­po­sais pas de cer­ti­tudes ju­ri­diques pour in­ter­dire cet équi­pe­ment », a-t-il dé­cla­ré, ren­voyant la balle en di­rec­tion de l’Union cy­cliste in­ter­na­tio­nale (UCI), avant d’ajou­ter que les ré­sul­tats de l’étape sont «va­li­dés ». L’UCI pour­rait tou­te­fois se pen­cher sur cette po­lé­mique d’ici au pro­chain contre-la-montre, l’avant-der­nière étape le 22 juillet à Mar­seille (22,5 km). Mais on ima­gine mal un chan­ge­ment de rè­gle­ment en cours d’épreuve. Ce dé­bat rap­pelle en tout cas ce­lui de 1989 quand l’Amé­ri­cain Greg LeMond avait été le pre­mier à uti­li­ser un gui­don de tri­ath­lète lors des chro­nos. Il avait ga­gné le Tour pour 8 se­condes et le gui­don fait par­tie de­puis du pay­sage cy­cliste.

(Pho­to AFP)

Ge­raint Tho­mas a-t-il tri­ché lors du contre-la-montre à Düs­sel­dorf ? Le Gal­lois, comme trois de ses co­équi­piers, a uti­li­sé du Vor­tex (vi­sible sur les manches ci­des­sus), un « ajout aé­ro­dy­na­mique » sur le maillot qui se­rait contraire au ré­gle­ment pour les équipes BMC et FDJ.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.