Ser­vice ci­vique : don­ner de son temps et se for­mer

De­puis sa créa­tion en 2010, il a concer­né près de 200 000 jeunes. Sept ans après, tou­jours plus de vo­lon­taires s’in­ves­tissent dans une mis­sion.

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Emploi Et Formation - MÉLISSA MA­RI / SOPRESS

Le ser­vice ci­vique consti­tue une ex­pé­rience de vie qui per­met aux jeunes de ga­gner en as­su­rance et de dé­ve­lop­per leurs com­pé­tences. Fon­da­men­ta­le­ment ci­toyen, c’est aussi une porte d’en­trée vers l’em­ploi.

Des avan­tages partagés

Le ser­vice ci­vique res­pecte trois grands prin­cipes : la mixi­té so­ciale, la non sub­sti­tu­tion à l’em­ploi et l’ac­ces­si­bi­li­té. Vé­ri­table en­ga­ge­ment vo­lon­taire, il est ou­vert à tous les jeunes entre 16 et 25 ans (jus­qu’à 30 ans en si­tua­tion de han­di­cap), qui sou­haitent réa­li­ser une mis­sion d’in­té­rêt gé­né­ral in­dem­ni­sée, de6à 12 mois, sans condi­tion de di­plôme, en France ou à l’étran­ger. Ce pro­gramme a connu une forte ac­cé­lé­ra­tion ces deux der­nières an­nées, le nombre de vo­lon­taires ayant qua­si­ment tri­plé. As­so­cia­tions, fon­da­tions, collectivités ter­ri­to­riales, éta­blis­se­ments et entreprises pu­bliques, ain­si que cer­tains ser­vices de l’État, ac­cueillent des vo­lon­taires dans le cadre d’un pro­jet des­ti­né à un pu­blic pré­cis, no­tam­ment pour ex­pé­ri­men­ter une nou­velle idée et dé­ployer l’ac­ti­vi­té de la struc­ture. « Le ser­vice ci­vique a per­mis de dé­ve­lop­per l’en­ga­ge­ment des jeunes au sein de la so­cié­té, mais ces der­niers en ont éga­le­ment fait une étape de leur par­cours de for­ma­tion, d’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle et d’orien­ta­tion. Cette double va­leur est très im­por­tante. Nous sou­hai­tons d’ailleurs pro­po­ser da­van­tage de pas­se­relles entre l’ex­pé­rience de ser­vice ci­vique et l’ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle, et pro­mou­voir ce pro­gramme au­près des re­cru­teurs », sou­ligne Yan­nick Blanc, haut-com­mis­saire à l’en­ga­ge­ment ci­vique, pré­sident de l’Agence ser­vice ci­vique.

Les ob­jec­tifs fu­turs

De­puis la créa­tion du Compte d’en­ga­ge­ment ci­toyen en jan­vier 2017, qui va­lo­rise cette pé­riode de vo­lon­ta­riat, et les nou­velles dis­po­si­tions qu’offrent la loi Éga­li­té ci­toyen­ne­té pro­mul­guée à la même pé­riode (va­lo­ri­ser l’en­ga­ge­ment des étu­diants via des cré­dits ECTS sup­plé­men­taires, mise en place de la Carte du jeune vo­lon­taire, ac­com­pa­gne­ment pen­dant et après la mis­sion, étendre les mis­sions à de nou­veaux do­maines comme les pom­piers, les entreprises à ca­pi­tal 100 % pu­blic, ou l’en­semble des or­ga­nismes de logement so­cial et les entreprises d’uti­li­té so­ciale, no­tam­ment), les ob­jec­tifs évo­luent. « Nous pour­rons com­men­cer à me­su­rer les ef­fets de ces chan­ge­ments à l’au­tomne, au mo­ment des re­cru­te­ments de vo­lon­taires. La carte du vo­lon­taire et l’ins­crip­tion dans la loi de la va­li­da­tion du ser­vice ci­vique dans le par­cours uni­ver­si­taire, sont des points sur les­quels nous tra­vaillons, pour faire en sorte que l’ex­pé­rience d’en­ga­ge­ment ci­toyen de­vienne une étape ha­bi­tuelle du par­cours étu­diant. Les jeunes vo­lon­taires sou­lignent que cette ex­pé­rience est très po­si­tive et il faut dé­ve­lop­per l’offre de mis­sions car il y a de nom­breuses de­mandes. Les sec­teurs de la so­li­da­ri­té, de l’édu­ca­tion et du sport sont les plus re­cher­chés. L’éco­lo­gie éga­le­ment. Les be­soins sont in­fi­nis. Il faut tra­vailler à ce qu’il y ait un vé­ri­table échange entre l’or­ga­nisme et le jeune, afin que le pro­jet au­quel les étu­diants par­ti­cipent soit une mis­sion de qua­li­té », conclut Yan­nick Blanc.

Sur la seule an­née , près de   vo­lon­taires se sont en­ga­gés en ser­vice ci­vique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.