Les af­faires im­mo­bi­lières tou­jours au coeur du dé­bat

Le der­nier conseil mu­ni­ci­pal a mis sur la table deux dé­li­bé­ra­tions qui re­centrent en­core l’ac­tion mu­ni­ci­pale au­tour du bé­ton avec l’ex­ten­sion des pou­voirs du maire et la vente de la mai­son Pei­rin

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Cogolin - P. PLEU.

Lors du conseil de jeu­di, deux ques­tions, par­mi les 24 à l’ordre du jour, ont no­tam­ment fait ti­quer l’op­po­si­tion. La pre­mière qui a tou­te­fois été vo­tée as­sez ra­pi­de­ment, sur l’éten­due des pou­voirs consen­ties au maire. Une pos­si­bi­li­té is­sue du remaniement de l’ar­ticle L.2122-22 du code gé­né­ral des col­lec­ti­vi­tés lo­cales. Ain­si par­mi les ex­ten­sions pro­po­sées et adop­tée, on note que le maire de Co­go­lin, peut à pré­sent « pro­cé­der au dé­pôt des de­mandes d’au­to­ri­sa­tions d’ur­ba­nisme re­la­tives à la dé­mo­li­tion, à la trans­for­ma­tion ou à l’édi­fi­ca­tion de biens mu­ni­ci­paux, dans la li­mite d’un mon­tant de tra­vaux in­fé­rieur au seuil sou­met­tant les mar­chés pu­blics à la pro­cé­dure eu­ro­péenne. » Voi­là qui ouvre de nou­velles pers­pec­tives à Marc-Etienne Lan­sade, qui pour­ra sous ces condi­tions se pas­ser de l’ap­pro­ba­tion de son conseil mu­ni­ci­pal ....

Mai­son Pei­rin, l’abou­tis­se­ment ?

La ques­tion n°7 a en­suite abor­dé la ques­tion de la vente de l’an­cienne mai­son Pei­rin, dont on sait que le dos­sier est dif­fi­cile, et tou­jours pen­dant, puisque la ques­tion de la pro­prié­té de l’en­semble est tou­jours floue. C’est un ac­cord tri­par­tite entre la com­mune, l’EHPAD Pei­rin et l’EPF PA­CA qui a été pro­po­sé aux élus. (Ndlr : la promesse de vente à l’EPF PA­CA avait été contes­tée par la com­mune consi­dé­rant que les bien ven­dus par l’EHPAD ne lui ap­par­te­naient pas dans la to­ta­li­té et que la com­mune était pro­prié­taire de la ma­jeure par­tie du ter­rain, le­quel, de sur­croît n’avait pas été dé­clas­sé au mo­ment de la tran­sac­tion). Or pen­dant ce temps, la nou­velle mai­son de re­traite était en construc­tion avec un coût de plus de 2 mil­lions d’eu­ros. Les par­ties en pré­sence se sont donc rap­pro­chées pour une so­lu­tion amiable. D’au­tant plus que la com­mune est en pourparlers avec un opé­ra­teur pri­vé qui en­vi­sage de se por­ter ac­qué­reur du site. Et on sait que ce coeur de vil­lage avec plus bas l’école Cha­baud et la ca­serne des pom­piers est dans le col­li­ma­teur du maire qui sou­hai­te­rait le voir trans­for­mé. La ville veut donc pou­voir si­gner ra­pi­de­ment la promesse de vente. Il a donc été pro­po­sé d’au­to­ri­ser le maire à si­gner cette conven­tion qui éta­bli­ra de fa­çon in­con­tes­table la pro­prié­té du bien et qui per­met­tra de rem­bour­ser les sommes dé­bour­sées par l’EPF PA­CA pour l’achat du bien. La com­mune ra­che­tant pour sa part à l’EHPAD la sur­face qui lui ap­par­tient. L’en­semble des actes de­vra être si­gné au 31 oc­tobre 2017, faute de voir l’ac­cord frap­pé de ca­du­ci­té.

Le no­taire des Bal­ka­ny

Si la dé­li­bé­ra­tion a été adop­tée à la ma­jo­ri­té, l’op­po­si­tion a fait re­mar­quer que le no­taire pres­sen­ti pour di­ri­ger cette opé­ra­tion , éta­blie à Pu­taux près de Pa­ris, n’était autre que ce­lui de Pa­trick Bal­ka­ny maire de Le­val­lois-Per­ret (en­core !). Marc Etienne Lan­sade a sou­li­gné que « compte te­nu des pro­blèmes qu’il y avait eu dans cette af­faire avec les no­taires lo­caux, nous avons pré­fé­ré « ex­ter­na­li­ser » le dos­sier. » Un ar­gu­ment qui n’a pas vrai­ment convain­cu.

(Pho­to S. Ch.)

La ques­tion de la vente de la mai­son Pei­rin peut-être bien­tôt ré­so­lue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.