Nice :  mois pour un po­li­cier pas­seur de mi­grants

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Grand Sud / Carnet - GRÉ­GO­RY LECLERC

Vous êtes fonc­tion­naire de po­lice, vous avez prê­té ser­ment, vous êtes là pour dé­fendre les va­leurs hu­maines, la loi, pas pour la trans­gres­ser. » Lau­rie Du­ca, pré­si­dente du tri­bu­nal correctionnel de Nice, n’a pas été tendre hier soir avec le po­li­cier qui com­pa­rais­sait pour aide au trans­port d’étran­gers en si­tua­tion ir­ré­gu­lière. Ni­co­las Kos­tic, 39 ans, a été condam­né à 18 mois de pri­son ferme avec man­dat de dé­pôt. Il a re­joint la mai­son d’ar­rêt. Le po­li­cier-pas­seur avait été in­ter­pel­lé ven­dre­di soir avec quatre mi­grants dans sa voi­ture, trois Sé­né­ga­lais et un Gam­bien, au péage de La Turbie. Il n’a pas hé­si­té à sor­tir sa plaque de po­lice. «Je crai­gnais une ba­vure», a-t-il lâ­ché de­puis son box. Son pe­tit tra­fic ré­mu­né­ré lui au­rait rap­por­té 3 000 eu­ros de­puis le mois d’avril. Le fonc­tion­naire de po­lice, ba­sé à Nice, a plai­dé des pro­blèmes per­son­nels et une plaie d’ar­gent. Tête basse, voix faible, vê­tu d’un tee-shirt lâche, il a ad­mis les faits. « Je pré­sente mes ex­cuses, je re­con­nais une très grosse er­reur.» Une for­mu­la­tion qui a at­ti­sé en­core un peu plus le cour­roux de la pré­si­dente. « Vous êtes bien pla­cé pour sa­voir qu’il ne s’agit pas d’une er­reur, c’est une in­frac­tion pé­nale grave. »

Des pas­sages payés jus­qu’à  eu­ros

Le po­li­cier tra­vaillait au­pa­ra­vant, pa­ral­lè­le­ment à son poste au Centre d’in­for­ma­tion et de com­man­de­ment de la po­lice na­tio­nale de Nice, pour Hitch, une pla­te­forme de trans­port de par­ti­cu­liers avec un vé­hi­cule pri­vé. Une se­conde ac­ti­vi­té qu’il avait dé­cla­rée à son ad­mi­nis­tra­tion et qui s’était ar­rê­tée cette an­née. Ses ar­gu­ments n’ont guère ému la pré­si­dente du tri­bu­nal. «Il faut re­ve­nir sur terre, nombre de Fran­çais vivent au RSA, ils ne vont pas cher­cher des mi­grants pour leur faire payer les éco­no­mies d’une vie afin de pas­ser les fron­tières les unes après les autres. Ce sont de pauvres gens. » Le po­li­cier pas­seur au­rait ef­fec­tué une di­zaine de trans­ports, à rai­son de trois ou quatre per­sonnes par voyage. Il mon­nayait ses pas­sages entre 125 et 250 eu­ros par per­sonne pour les conduire à Mar­seille. Ni­co­las Kos­tic agis­sait au sein d’une fi­lière or­ga­ni­sée, il l’a re­con­nu à la barre. Le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, qui a sou­li­gné sa «si­dé­ra­tion» ,son «in­com­pré­hen­sion » face à ces faits, avait re­quis deux ans de pri­son avec man­dat de dé­pôt, confis­ca­tion des sommes sai­sies, et in­ter­dic­tion d’exer­cer toute ac­ti­vi­té en lien avec la fonc­tion pu­blique. Pour la dé­fense, Me Jean-Yves Ga­ri­no a rap­pe­lé son ca­sier ju­di­ciaire vierge, et évo­qué la « spi­rale de la dé­ca­dence» d’un homme di­vor­cé, en proie aux pro­blèmes d’ar­gent. Le tri­bu­nal a semble-t-il écou­té, et a al­lé­gé les ré­qui­si­tions, no­tam­ment sur l’in­ter­dic­tion d’exer­cer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.