Le corps du ter­ro­riste de Nice ra­pa­trié en Tu­ni­sie

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Grand Sud / Carnet - GRÉ­GO­RY LECLERC gle­clerc@ni­ce­ma­tin.fr

La dé­pouille mor­telle de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel, l’au­teur de l’at­ten­tat de Nice du 14-Juillet der­nier, a été ra­pa­triée en toute dis­cré­tion en Tu­ni­sie. L’in­for­ma­tion a été confir­mée hier soir à Nice-Ma­tin par le consul gé­né­ral de Tu­ni­sie dans les Alpes-Ma­ri­times, Ha­fedh Ben Rom­dane. Se­lon la presse lo­cale tu­ni­sienne, un avion trans­por­tant son corps a at­ter­ri à l’aé­ro­port de Tunis-Carthage le 30 juin. Il a en­suite été trans­fé­ré au ser­vice de mé­de­cine lé­gale de l’hô­pi­tal Charles-Ni­colle de Tunis avant d’être re­mis ul­té­rieu­re­ment à sa fa­mille. Le ter­ro­riste pour­rait en­suite être en­ter­ré dans sa ville na­tale, M’sa­ken.Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel avait été abat­tu par des tirs de la po­lice après avoir fon­cé avec son ca­mion dans la foule ve­nue voir le feu d’ar­ti­fice du 14 juillet sur la pro­me­nade des An­glais l’an der­nier. Hier ma­tin, le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Nice avait confir­mé, en ré­ponse à une ques­tion de votre quo­ti­dien, que le ter­ro­riste au ca­mion bé­lier n’avait tou­jours pas été in­hu­mé, près d’un an après les faits. Sa dé­pouille était jusque-là tou­jours conser­vée dans les ser­vices mé­di­co lé­gaux. L’in­hu­ma­tion des ter­ro­ristes pose un vrai pro­blème aux au­to­ri­tés fran­çaises. Si le choix re­vient aux fa­milles, la plu­part des maires sol­li­ci­tés en France ont dé­jà re­fu­sé d’ac­cueillir leurs dé­pouilles. « Le lieu d’in­hu­ma­tion de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel ne se­ra pas ré­vé­lé et se­ra ano­nyme », a in­di­qué le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Nice, Jean-Michel Prêtre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.