Mé­len­chon étrille Ma­cron et jus­ti­fie son ab­sence

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

De­vant ses par­ti­sans réunis place de la Ré­pu­blique, à Pa­ris, le lea­der de La France in­sou­mise est re­ve­nu sur sa vo­lon­té de ne pas se rendre à Ver­sailles pour écouter le pré­sident de la Ré­pu­blique. « Nous ne sommes pas pas al­lés à Ver­sailles parce que le pré­sident de la Ré­pu­blique y pre­nait la pa­role. C’est un droit consti­tu­tion­nel de­puis que Ni­co­las Sar­ko­zy l’a ins­tau­ré. (...) Nous n’y sommes pas al­lés parce que nous avons par­fai­te­ment com­pris le mes­sage. Il parle à la veille du dis­cours d’in­té­rêt gé­né­ral du Pre­mier mi­nistre. Il se passe quelque chose d’im­por­tant au ni­veau ins­ti­tu­tion­nel. L’ordre ré­pu­bli­cain au­rait vou­lu que le Pre­mier mi­nistre parle d’abord, que l’As­sem­blée na­tio­nale vote ou non la confiance, et en­suite, s’il le sou­haite, le Pré­sident au­rait pu par­ler ». Face à ses par­ti­sans, le lea­der de la France in­sou­mise a in­di­qué que le groupe LFI avait dé­po­sé  amen­de­ments, hier après-mi­di, concer­nant les or­don­nances de la loi tra­vail. L’an­cien can­di­dat à la pré­si­den­tielle a éga­le­ment re­gret­té qu’il n’y ait « rien de concret sur le dé­fi éco­no­mique et so­cial, l’Eu­rope, l’édu­ca­tion, la sé­cu­ri­té, l’im­mi­gra­tion ». « L’exer­cice res­sem­blait à une dis­ser­ta­tion de pré­pa lit­té­raire pleine de gé­né­reux prin­cipes aux­quels nous adhé­rons tous, mais qui ne laisse aucun mo­tif d’es­poir aux Fran­çais. » Conclu­sion : « Tout ça… pour ça ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.