Mer­kel pro­met “le plein em­ploi” pour les lé­gis­la­tives

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Monde -

An­ge­la Mer­kel a pro­mis, hier, le plein-em­ploi en Al­le­magne en lan­çant sa cam­pagne en vue des lé­gis­la­tives de sep­tembre, où elle par­ti­ra fa­vo­rite pour un qua­trième man­dat qui lui as­su­re­rait une place dans les livres d’his­toire. La chan­ce­lière al­le­mande a pré­sen­té à Ber­lin son pro­gramme élec­to­ral à l’orée d’une se­maine in­ter­na­tio­nale char­gée : elle pré­si­de­ra le som­met des di­ri­geants du G20 à Ham­bourg jeu­di et ven­dre­di au mo­ment où elle a pris de fac­to la tête du camp des cri­tiques de Do­nald Trump.

« L’ob­jec­tif at­teint en  »

Ac­cu­sée par ses ri­vaux po­li­tiques en Al­le­magne de se re­po­ser uni­que­ment sur son bi­lan en vue du scru­tin lé­gis­la­tif du 24 sep­tembre et de n’avoir au­cune idée nou­velle, An­ge­la Mer­kel a cher­ché à re­prendre l’ini­tia­tive avec une promesse forte. « Nous nous fixons comme ob­jec­tif d’at­teindre le plein em­ploi en 2025 » , a an­non­cé à la presse la chan­ce­lière de 62 ans, au pou­voir de­puis 2005. Une promesse qui de­vrait faire des en­vieux en Eu­rope, où la plu­part des pays en sont très loin. En juin, le taux de chô­mage en don­nées brutes s’éta­blis­sait à 5,8 %. « Si nous en avions par­lé en 2005, les gens nous au­raient ri au nez, j’ai eu à l’époque à as­su­mer 5 mil­lions de chô­meurs » ,adit la pré­si­dente du par­ti conser­va­teur Union chré­tienne-dé­mo­crate (CDU).

« Un pays où il fait bon vivre »

« Main­te­nant en 2017 nous avons réus­si à ré­duire de moi­tié leur nombre et à pré­sent nous di­sons que nous vou­lons le di­vi­ser en­core une fois par deux, à moins de 3 % de taux de chô­mage, c’est ce que l’on ap­pelle le plein-em­ploi », a-t-elle ajou­té. Le slo­gan of­fi­ciel de sa cam­pagne et de celle de son al­lié ba­va­rois, la CSU, est à l’image de cette pro­fes­sion de foi : « L’Al­le­magne, un pays où il fait bon vivre », comme en écho à ce­lui des pré­cé­dentes élec­tions de 2013 (L’ave­nir de l’Al­le­magne dans de bonnes mains). Pour la chan­ce­lière, les dif­fi­cul­tés po­li­tiques su­bies lors de l’ar­ri­vée de plus d’un mil­lion de mi­grants en Al­le­magne en 2015 et 2016, qui l’avait fra­gi­li­sée comme ja­mais en fai­sant pro­gres­ser la droite na­tio­na­liste, semblent bien loin. Les son­dages lui donnent 15 points d’avance sur son ri­val so­cial-dé­mo­crate Mar­tin Schulz, qui après avoir fait il­lu­sion en dé­but d’an­née a de­puis en­chaî­né les dé­faites élec­to­rales ré­gio­nales. Un qua­trième man­dat la pla­ce­rait en or­bite pour battre le re­cord de lon­gé­vi­té à la chan­cel­le­rie al­le­mande, dé­te­nu par son men­tor Hel­mut Kohl (19821998), de­vant Kon­rad Ade­nauer (1949-1963).

(Pho­to MaxPPP)

“L’Al­le­magne, le pays où il fait bon vivre” : c’est le slo­gan de cam­pagne pro­po­sé par An­ge­la Mer­kel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.