Quels rythmes à la ren­trée ?

Re­tour ou non de la se­maine de 4 jours dans les écoles, avec sup­pres­sion des Nou­velles ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires ? Les com­munes du Golfe ont for­mu­lé leurs voeux au­près de l’Aca­dé­mie

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - C. DU­PONT cdu­pont@ni­ce­ma­tin.fr

En­core un grand cham­bar­de­ment ! Le re­tour de la se­maine des 4 jours, per­mis par Em­ma­nuel Ma­cron, a été plé­bis­ci­té dans la ma­jo­ri­té des villes du Golfe par les pa­rents d’élèves et les en­sei­gnants. Pas tou­jours avec la bé­né­dic­tion des mu­ni­ci­pa­li­tés, qui étaient par­ve­nues à ro­der leur dis­po­si­tif d’ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires. Les sou­haits de­vaient être for­mu­lés par les com­munes au­près de l’Aca­dé­mie avant le 23 juin, avant même la pa­ru­tion, le 28 juin, du dé­cret au­to­ri­sant le re­tour aux quatre jours ! Les com­munes sont dé­sor­mais dans l’at­tente de l’au­to­ri­sa­tion de l’Aca­dé­mie, et es­pèrent qu’elle tom­be­ra vite : ou­ver­ture des centres aé­rés, trans­ports sco­laires, re­dé­ploie­ment des effectifs... S’il est va­li­dé, ce re­tour en ar­rière ne se fe­ra pas sans dif­fi­cul­tés pour cer­taines.

Elles res­tent à , jours

À Ca­va­laire, « on ne change rien »

À Ca­va­laire, la ren­trée pro­chaine se fe­ra sous le même mode de fonc­tion­ne­ment que cette an­née. « On ne change rien. Il n’y a pas eu de le­vée de voix pour re­ve­nir à la se­maine de 4 jours. Les pa­rents es­timent que les ac­ti­vi­tés fonc­tionnent bien, nous sommes dé­sor­mais bien ro­dés. Les en­fants en pro­fitent et c’est ce­la qui prime, pour­quoi les en pri­ver ? », ex­plique le maire Phi­lippe Leo­nel­li. Le­quel n’est pas sans sa­voir que la fa­tigue des plus pe­tits est « peut-être le point noir ». « Nous ver­rons en 2018 si la ques­tion se pose ».

Pas d’ac­cord à Co­go­lin

En l’ab­sence d’ac­cord entre les en­sei­gnants et la com­mune, la se­maine de 4 jours et de­mi va être main­te­nue à la ren­trée de sep­tembre. La mu­ni­ci­pa­li­té ex­plique en ef­fet avoir pro­po­sé des se­maines éta­lées sur quatre jours de 9 h à 12 h, puis de 14 h à 17 h. « Les en­sei­gnants ont op­té à une large ma­jo­ri­té pour 8 h 30 11h30et13h30à16h30. Or, il n’est pas pos­sible de mo­di­fier les heures de ra­mas­sage sco­laire, et je ne vois pas en quoi ces ho­raires ar­ran­ge­raient les pa­rents. En l’ab­sence d’ac­cord, nous main­te­nons donc les quatre jours et de­mi à la ren­trée, et nous ver­rons en 2018 », in­dique la Ville.

Elles de­mandent le re­tour à  jours

À Gassin

Gassin se range à l’avis des en­sei­gnants et pa­rents d’élèves qui ont vo­té à l’una­ni­mi­té pour un re­tour à la se­maine des quatre jours lors de conseils d’école ex­traor­di­naires. « Il fau­dra être prêt à la ren­trée, alors que le dé­cret n’est sor­ti que le 29 juin, dé­plore le maire, An­neMa­rie Wa­niart. Nous de­vons ob­te­nir les au­to­ri­sa­tions pour ou­vrir le centre aé­ré le mer­cre­di ma­tin. Il y a aus­si les trans­ports sco­laires à mo­di­fier dans la pré­ci­pi­ta­tion, le per­son­nel mo­bi­li­sé à re­dé­ployer. Nous avons four­ni beau­coup d’ef­forts pour mettre en place des ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires de qua­li­té. Ce chan­ge­ment dans l’ur­gence est très désa­gréable. »

À Sainte-Maxime

« Tous les conseils d’école ex­traor­di­naires ont vo­té pour le re­tour de la se­maine à 4 jours à la ren­trée. Nous avions dé­jà an­ti­ci­pé cette dé­ci­sion, ça ne po­se­ra pas de dif­fi­cul­tés, af­firme Pa­trick Vas­sal, ad­joint en charge des af­faires sco­laires. Reste à ré­gler la ques­tion des trans­ports sco­laires, et ce­la ne va pas être simple. Leur ges­tion de­vient une com­pé­tence de la Ré­gion à la ren­trée. Donc pour l’ins­tant, le Dé­par­te­ment ne peut pas prendre d’ini­tia­tive, et la Ré­gion ne peut pas s’avan­cer. Une réu­nion doit se te­nir jeu­di sur la ques­tion au conseil ré­gio­nal. La ré­ponse de l’Aca­dé­mie en dé­pen­dra cer­tai­ne­ment, car la ques­tion de l’or­ga­ni­sa­tion est l’un des cri­tères pour re­pas­ser à la se­maine de 4 jours. »

À La Croix-Val­mer

La com­mune suit éga­le­ment sans convic­tion la vo­lon­té des pa­rents d’élèves. La classe du mer­cre­di ma­tin se­ra donc dé­pla­cée le ven­dre­di après-mi­di. Une dé­ci­sion qui de­vait être en­té­ri­née sans dif­fi­cul­tés mar­di soir par les conseils d’école. « La ma­jo­ri­té des pa­rents d’élèves le sou­haitent du fait de la fa­tigue des en­fants, alors je ne vais pas être plus roya­liste que le roi, com­mente le maire Ber­nard Jo­bert. Per­son­nel­le­ment, j’au­rais sou­hai­té plus de temps de ré­flexion. C’est en­core une mau­vaise af­faire, trai­tée à la va-vite sous la pres­sion po­li­ti­co-mé­dia­tique. »

À La Môle

Ré­sul­tat du son­dage sans ap­pel aus­si à La Môle : sur 122 fa­milles consul­tées, 70 % se sont dites fa­vo­rables au re­tour de la se­maine de 4 jours, dès la ren­trée. Une dé­ci­sion dé­jà en­té­ri­née par le conseil d’école et le conseil mu­ni­ci­pal. « A titre per­son­nel, je suis par­ta­gé, je ne suis pas sûr que le confort de l’en­fant prime. Le pro­blème de la fa­tigue se po­sait pour les plus pe­tits, mais s’agis­sant des plus grands, je pense que les ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires étaient une bonne chose, leur ou­vraient l’es­prit », es­time le maire Ray­mond Ca­zau­bon. Ce re­tour ne de­vrait pas po­ser trop de dif­fi­cul­tés dans la com­mune. Les en­fants se­ront pris en charge le mer­cre­di au centre aé­ré. « Contrai­re­ment à cer­tains de mes col­lègues, nous n’avons pas le pro­blème du trans­port sco­laire ici. »

À Gri­maud

Le co­mi­té de pi­lo­tage a op­té pour un re­tour à la se­maine de quatre jours, dès la ren­trée. La dé­ci­sion doit en­core être ac­tée par les conseils d’école. « Les élus n’avaient pas de vo­lon­té par­ti­cu­lière. Ce­la a été dé­ci­dé en fonc­tion du res­sen­ti des en­sei­gnants et des re­tours des pa­rents, qui évoquent prin­ci­pa­le­ment la fa­tigue des en­fants », in­dique la mai­rie.

Au Rayol-Ca­na­del

Pa­rents et en­sei­gnants ont là aus­si op­té à une très large ma­jo­ri­té pour le re­tour des 4 jours dès le mois de sep­tembre. « Ce­la a fait consen­sus, la fa­tigue des en­fants était trop im­por­tante ». Le maire Jean Plé­nat se dit sa­tis­fait de cette dé­ci­sion, « à condi­tion que l’ins­pec­teur d’Aca­dé­mie donne une ré­ponse ra­pi­de­ment ». « C’est la mise en place des ac­ti­vi­tés qui nous a po­sé beau­coup de sou­cis, rap­pelle-t-il. En sor­tir ne va pas po­ser de dif­fi­cul­tés, d’au­tant que la com­mune or­ga­nise le trans­port sco­laire. On en pro­fi­te­ra pour élar­gir les ho­raires du centre aé­ré. »

À Saint-Tro­pez

« Après le choix à l’una­ni­mi­té moins une voix des en­sei­gnants, et à 98 % des pa­rents d’élèves, lors des conseils d’école ex­traor­di­naires, nous avons de­man­dé le re­tour à 4 jours dès sep­tembre, fait aus­si sa­voir Syl­vie Si­ri, ad­jointe en charge des af­faires sco­laires. Nous avions mis en place des ac­ti­vi­tés très ap­pré­ciées, mais la com­mune s’était en­ga­gée à suivre l’avis des en­sei­gnants, qui savent ce qui est bon pour les en­fants. »

À la Garde-Freinet

La com­mune a plai­dé pour le re­tour à la se­maine de 4 jours dès la ren­trée. Une vo­lon­té pour 80 % des pa­rents in­ter­ro­gés et des en­sei­gnants, ac­tée en conseil d’école, et qui emporte l’adhé­sion du maire JeanJacques Cour­chet. « Nous n’au­rons plus à or­ga­ni­ser les ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires, à conclure des conven­tions avec les as­so­cia­tions, ce­la sim­pli­fie beau­coup de choses » ,se sa­tis­fait-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.