Po­li­tique gé­né­rale : E. Phi­lippe dans le vif du su­jet

Le Pre­mier mi­nistre a dé­li­vré un dis­cours de po­li­tique gé­né­rale as­sez concret... Un co­pié-col­lé du pro­jet pré­si­den­tiel d’Em­ma­nuel Ma­cron

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - THIER­RY PRUDHON tprud­hon@ni­ce­ma­tin.fr

Rien à voir. Les in­ter­ven­tions d’Em­ma­nuel Ma­cron et Edouard Phi­lippe se se­ront, pour le coup, bel et bien com­plé­tées. Là où le Pré­sident s’était sou­vent en­vo­lé (éga­ré ?) dans les nues la veille à Ver­sailles, tout en­tier pé­né­tré par un souffle lit­té­raire, son Pre­mier mi­nistre a mis, hier, les mains dans le cam­bouis au Pa­lais-Bour­bon. Fort d’un dé­bit de mi­traillette, ou pas loin, il a dé­cli­né en une grosse heure quan­ti­té de me­sures qui se­ront lan­cées, voire en­té­ri­nées, dès les mois à ve­nir. Après s’être ré­cla­mé en pré­am­bule du double par­rai­nage, gaul­liste et so­cial-dé­mo­crate, in­car­né par Jacques Cha­ban-Del­mas et Michel Ro­card, il a prô­né « la confiance, le re­nou­veau et l’hu­mi­li­té ». De la den­si­té, des chiffres, mais aus­si un ca­ta­logue d’orien­ta­tions en­core éva­sives par­fois, et au­cune réelle sur­prise : Edouard Phi­lippe au­ra, au fi­nal, per­mis hier aux Fran­çais de ré­vi­ser le pro­gramme élec­to­ral d’Em­ma­nuel Ma­cron.

San­té pu­blique

L’hôte de Ma­ti­gnon a en­ta­mé son pro­pos en évo­quant des dé­ci­sions très pré­cises qui tou­che­ront les Fran­çais dans leur quo­ti­dien, sur le plan de la san­té en par­ti­cu­lier. Les vac­cins pour la pe­tite en­fance de­vien­dront ain­si obli­ga­toires dès 2018. Le prix du paquet de ci­ga­rettes se­ra pro­gres­si­ve­ment por­té à 10 eu­ros. Un plan de lutte contre les dé­serts mé­di­caux se­ra dé­ve­lop­pé, ap­puyé sur la té­lé­mé­de­cine. Des offres « sans aucun reste-à-charge» se­ront pro­po­sées pour les lu­nettes, les pro­thèses den­taires et au­di­tives. Le mi­ni­mum vieillesse et l’al­lo­ca­tion adulte han­di­ca­pé se­ront en­fin re­va­lo­ri­sés dès l’an pro­chain, alors que des me­sures amé­lio­re­ront le congé ma­ter­ni­té et la garde d’en­fant.

Sé­cu­ri­té

Dès 2018, se­ra vo­tée une loi quin­quen­nale de ren­for­ce­ment des moyens de la jus­tice. A la clé no­tam­ment, la construc­tion de 15 000 nou­velles places de pri­son. Une loi de pro­gram­ma­tion mi­li­taire por­te­ra par ailleurs l’ef­fort de dé­fense à 2 % du PIB d’ici à 2025. Edouard Phi­lippe l’a pré­ci­sé, « la sor­tie de l’état d’ur­gence in­ter­vien­dra au plus tard le 1er no­vembre pro­chain ». Elle se­ra sui­vie par la mise en oeuvre d’une loi dé­ta­chant les policiers des tâches ad­mi­nis­tra­tives pour ren­for­cer les mis­sions de proxi­mi­té sur le ter­rain. Face au dé­fi mi­gra­toire, il a pointé une double exi­gence de « di­gni­té » et « d’ef­fi­ca­ci­té ». Elle pas­se­ra es­sen­tiel­le­ment par la réduction du dé­lai moyen d’exa­men des de­mandes de droit d’asile de qua­torze à six mois. « Ac­cueillir oui, su­bir non! », a-t-il ré­su­mé. Un ser­vice na­tio­nal, dont les formes se­ront dé­ter­mi­nées en fin d’an­née, se­ra en­fin ré­ta­bli.

Edu­ca­tion

En la ma­tière, Edouard Phi­lippe a rap­pe­lé que l’ac­cent se­rait mis sur « l’ac­qui­si­tion des sa­voirs fon­da­men­taux, le sou­tien des élèves et l’au­to­no­mie des éta­blis­se­ments ». Le bac se­ra ré­for­mé, dans le sens d’une réduction des épreuves fi­nales et d’une ac­cen­tua­tion du contrôle conti­nu. Un « contrat de réus­site » se­ra ins­tau­ré pour mieux orien­ter les étu­diants, « 60 % des ba­che­liers échouant au­jourd’hui au ni­veau de la li­cence » .Un pass culture se­ra en outre créé pour tous les jeunes.

Mo­dèle so­cial

« Ré­no­ver notre mo­dèle so­cial pour qu’il ac­com­pagne mieux ceux qui veulent prendre des risques. Ren­for­cer le dia­logue so­cial en en­tre­prise. Re­don­ner du pou­voir d’achat » : voi­là la feuille de route du gou­ver­ne­ment. Le Pre­mier mi­nistre a éga­le­ment an­non­cé la re­fonte du sys­tème de re­traite, « afin qu’un eu­ro co­ti­sé donne les mêmes droits pour tous ». A la ma­nière d’un contor­sion­niste, il a confir­mé la hausse de la CSG : « La réduction des co­ti­sa­tions salariales, com­pen­sée par un trans­fert sur la CSG, re­don­ne­ra du pou­voir d’achat à 20 mil­lions d’ac­tifs, à rai­son de 250 eu­ros par an pour un smi­card. » La prime d’ac­ti­vi­té se­ra par ailleurs aug­men­tée, en ver­tu du prin­cipe que «le tra­vail doit payer». Le CICE se­ra, lui, mé­ta­mor­pho­sé en « baisse du coût des charges sur le tra­vail pour les sa­laires proches du Smic » ,le taux d’im­pôt sur les sociétés ré­duit d’un tiers d’ici à 2022, le ré­gime so­cial des in­dé­pen­dants sup­pri­mé et ados­sé au ré­gime gé­né­ral dès 2018, tan­dis que l’ISF se­ra conser­vé mais res­ser­ré au­tour du seul pa­tri­moine im­mo­bi­lier.

Col­lec­ti­vi­tés

Le Pre­mier mi­nistre a confir­mé la sup­pres­sion de la taxe d’ha­bi­ta­tion, mais pas avant 2022 sans doute, «pour rendre du pou­voir d’achat à l’im­mense ma­jo­ri­té de nos conci­toyens ». Un manque à ga­gner pour les col­lec­ti­vi­tés lo­cales. C’est pour­quoi se tien­dra une pre­mière réu­nion de la Confé­rence des ter­ri­toires dé­but juillet pour ajus­ter les moyens des col­lec­ti­vi­tés lo­cales. Pour celles-ci, il veut étendre la li­ber­té de s’or­ga­ni­ser et d’exer­cer de nou­velles com­pé­tences (« Osons les ex­pé­ri­men­ta­tions »), en ne gar­dant que deux ni­veaux en des­sous de l’éche­lon ré­gio­nal.

L’ad­di­tion

La vo­lon­té d’aug­men­ter le pou­voir d’achat des Fran­çais au­ra ses li­mites. Celles de notre dette, qu’Edouard Phi­lippe n’a pas oc­cul­tée. Elle dé­passe au­jourd’hui 2000 mil­liards d’eu­ros. « Nous dan­sons sur un vol­can qui gronde de plus en plus fort… Nous sommes dans les cordes. Il y a une ad­dic­tion fran­çaise à la dé­pense pu­blique. » Ob­jec­tif avan­cé : ra­me­ner le dé­fi­cit bud­gé­taire sous les 3 %. Pour ce­la, le gou­ver­ne­ment veut « abais­ser la pres­sion fis­cale et la dé­pense pu­blique de trois points sur cinq ans ». Edouard Phi­lippe l’a pro­mis, « les contri­buables ne se­ront pas la va­riable d’ajus­te­ment du bud­get, au contraire. Les pré­lè­ve­ments obli­ga­toires bais­se­ront de 20 mil­liards d’eu­ros d’ici à 2022 ». En re­vanche, le Pre­mier mi­nistre en­tend sta­bi­li­ser la dé­pense pu­blique en jouant sur trois le­viers d’éco­no­mies : « Stop­per l’in­fla­tion de la masse sa­la­riale du sec­teur pu­blic, re­mettre en cause cer­taines mis­sions et repenser les po­li­tiques pu­bliques qui pèsent sur nos fi­nances sans ré­sul­tats [il a ci­té l’aide au lo­ge­ment, ndlr]. » Bref, l’amorce d’une « trans­for­ma­tion de l’Etat et des ser­vices pu­blics» qui se­ra d’en­ver­gure.

Eco­lo­gie

L’exi­guï­té bud­gé­taire n’a pas em­pê­ché Edouard Phi­lippe d’an­non­cer un plan d’in­ves­tis­se­ment de 50 mil­liards d’eu­ros, dans le do­maine de la tran­si­tion éner­gé­tique et des trans­ports en par­ti­cu­lier. Autres pro­messes : la neu­tra­li­té car­bone d’ici à 2050, la conver­gence de la fis­ca­li­té du die­sel et de l’es­sence avant la fin de la man­da­ture, la di­vi­sion par deux des dé­chets mis en dé­charge d’ici à 2025, la pour­suite de l’ou­ver­ture à la concur­rence des trans­ports, l’ac­cé­lé­ra­tion des pro­cé­dures de per­mis de construire et la sanc­tion des re­cours abu­sifs. Au bout du compte, un foi­son­ne­ment d’an­nonces, nim­bé d’un cer­tain flou sur la fa­çon dont elles se­ront très pra­ti­que­ment fi­nan­cées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.