Li­cen­cié pour avoir man­gé un mor­ceau de fro­mage

Ras­sem­blée, hier, de­vant l’ins­pec­tion du tra­vail, la CGT de­mande la ré­in­té­gra­tion d’un sa­la­rié li­cen­cié « abu­si­ve­ment » et dé­nonce une « dis­cri­mi­na­tion syn­di­cale »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Toulon - CA­THE­RINE PONTONE

« Je suis ren­tré dans la cui­sine pour rem­plir mon seau d’eau à l’évier et ce­la, comme je le fais de­puis deux ans. Une per­sonne du ser­vice hô­te­lier était en train de je­ter une as­siette dans le­quel il y avait un mor­ceau de fro­mage. Je re­con­nais l’avoir pris alors qu’il al­lait par­tir à la pou­belle », té­moigne Yan­nick. À quelques mi­nutes, hier ma­tin, d’être re­çu au siège de la Di­reccte (1) par un re­pré­sen­tant de l’ins­pec­tion du tra­vail, ce la­veur de vitres chez Onet, so­cié­té d’ingénierie et de ser­vices spé­cia­li­sée dans la pro­pre­té et les ser­vices as­so­ciés, n’ar­rive tou­jours pas à di­gé­rer son li­cen­cie­ment no­ti­fié le 7 juin. Ce mi­li­tant cé­gé­tiste a re­çu hier le sou­tien de l’Union lo­cale CGT de La Garde et est tou­lon­nais et l’Union dé­par­te­men­tale CGT.

Le geste « peu ap­pré­cié » du client hô­te­lier

En tom­bant en ce 11 avril nez à nez avec la di­rec­trice de l’éta­blis­se­ment hô­te­lier du golfe de Saint-Tro­pez, il com­prend très vite que son geste a dé­plu... « Si ce­la dé­range et pose un pro­blème, je peux payer ce bout de fro­mage, ai-je alors pro­po­sé», ra­conte-t-il. Mais de là à ima­gi­ner qu’ils al­laient en faire tout un fro­mage et que son em­ployeur al­lait mettre son em­ploi sous cloche... Le mail adres­sé par l’hô­te­lier à l’em­ployeur a en ef­fet été sui­vi d’une convo­ca­tion pour un en­tre­tien préa­lable pour faute pou­vant al­ler jus­qu’au li­cen­cie­ment. « L’en­tre­tien semble bien se pas­ser, no­tam­ment à la vue de re­proche in­exis­tant à son en­contre », ex­plique Da­vid Va­net­ti, res­pon­sable de l’Union lo­cale CGT de La Garde.

« La sanc­tion tombe »

Dé­but juin, la sanc­tion tombe : le sa­la­rié se voit re­mettre un cour­rier l’in­for­mant d’un li­cen­cie­ment pour faute grave. « Je n’ai ja­mais eu d’aver­tis­se­ment en qua­torze ans de car­rière. J’ai été un bon ou­vrier et là, pour un bout de fro­mage...», confie-til dé­pi­té. « Une sanc­tion cin­glante et in­juste », s’est écrié, hier, Da­vid Va­net­ti. Dans les griefs re­pro­chés au sa­la­rié, l’em­ployeur évo que « une sous­trac­tion de biens ap­par­te­nant à l’un de nos clients, sans in­for­ma­tion ou au­to­ri­sa­tion préa­lable de ce der­nier ».

« La so­cié­té met éga­le­ment en avant trois autres mo­tifs, liste Mo­nique Ne­grel, se­cré­taire gé­né­rale de l’Union lo­cale CGT de La Garde et de l’Est

Tou­lon­nais. Un man­que­ment aux pro­cé­dures qua­li­té (règle d’hy­giène et pro­cé­dures d’em­ma­ga­si­ne­ment des pro­duits consom­més) de l’en­tre­prise d’ac­cueil ; une at­ti­tude contraire à la dé­on­to­lo­gie de notre mé­tier et une at­teinte à l’image et à la ré­pu­ta­tion de l’en­tre­prise. »

« La vé­ri­té est ailleurs »

Mais pour les re­pré­sen­tants lo­caux de la CGT, re­joints par l’Union dé­par­te­men­tale, re­pré­sen­tée par le se­cré­taire gé­né­ral Oli­vier Ma­si­ni, « la vé­ri­té est ailleurs ». « Ce sa­la­rié avait sui­vi un stage de for­ma­tion syn­di­cale à l’Union lo­cale, en vue de se pré­sen­ter aux élec­tions pro­fes­sion­nelles. La di­rec­tion avait toute connais­sance de sa can­di­da­ture. Elle tente d’éteindre la voix de la CGT, as­sure Da­vid Va­net­ti. Je rap­pelle que la loi pré­voit que cette im­mi­nence de can­di­da­ture oc­troie, de fac­to, le sta­tut de sa­la­rié pro­té­gé. » La CGT dé­nonce ain­si fer­me­ment ce qu’elle qua­li­fie de « dis­cri­mi­na­tion syn­di­cale ». Tout en «exi­geant la ré­in­té­gra­tion du sa­la­rié », elle en­tend dé­sor­mais le sou­te­nir de­vant les prud’hommes pour « im­mi­nence de can­di­da­ture, dis­cri­mi­na­tion syn­di­cale et li­cen­cie­ment abu­sif ». In­ter­ro­gée, hier, sur les griefs, la di­rec­tion de l’agence de chez Onet a ex­pli­qué ne pas sou­hai­ter « com­men­ter la pro­cé­dure en cours ».

1. Di­rec­tion ré­gio­nale des en­tre­prises, de la concur­rence, de la consom­ma­tion, du tra­vail et de l’em­ploi.

(Pho­to C. P.)

De­vant les lo­caux de la Dir­recte à Cla­ret, les mi­li­tants cé­gé­tistes de l’Union lo­cale de La Garde et l’est tou­lon­nais, et l’UD dé­par­te­men­tale sont ve­nus sou­te­nir, hier, le sa­la­rié li­cen­cié qui de­vait être re­çu par un re­pré­sen­tant de l’Ins­pec­tion du tra­vail.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.