Pro­fes­sion­na­lisme et ou­ver­ture sur le monde

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var -

L’as­so­cia­tion ou­vrière des com­pa­gnons du de­voir et du tour de France est une as­so­cia­tion de type loi , re­con­nue d’uti­li­té pu­blique. Choi­sir les Com­pa­gnons du De­voir et du Tour de France, c’est avant tout choi­sir des va­leurs de gé­né­ro­si­té, de pro­fes­sion­na­lisme, d’ou­ver­ture sur le monde. Ces jeunes, mo­ti­vés et pas­sion­nés par leur mé­tier, sont sui­vis et ac­com­pa­gnés par une équipe de sa­la­riés et de bé­né­voles. Cette équipe est éga­le­ment à l’écoute des en­tre­prises d’ac­cueil, dans un ob­jec­tif de réus­site pro­fes­sion­nelle et hu­maine. En ef­fet, outre une for­ma­tion en al­ter­nance axée sur l’ac­qui­si­tion des sa­voir-faire, les jeunes ac­quièrent chez les Com­pa­gnons du De­voir un sa­voir être es­sen­tiel pour réus­sir sa vie pro­fes­sion­nelle : ponctualité, res­pect des autres, mo­ti­va­tion et in­té­rêt pour la dé­cou­verte. Les Com­pa­gnons du De­voir tra­vaillent de­puis tou­jours main dans la main avec les en­tre­prises : « Plus que ja­mais, c’est en­semble que nous pré­pa­rons l’ave­nir : ce­lui des jeunes, comme ce­lui de votre en­tre­prise et de votre mé­tier. Ce sont les jeunes ta­lents que vous in­té­gre­rez dans votre équipe qui re­lè­ve­ront les dé­fis de de­main », pré­cise thomas Cla­pa­rède à l’at­ten­tion des chefs d’en­tre­prise. On de­vient com­pa­gnon quand à la fin de son tour de France on a réa­li­sé un tra­vail de ré­cep­tion (chef-d’oeuvre) où on met en pra­tique ce qu’on a ap­pris, de la con­cep­tion à la réa­li­sa­tion et à la pose. « C’est se sur­pas­ser », ajoute Pas­cal Cas­sien. Les trois-quarts des com­pa­gnons créent leur en­tre­prise. Les autres sont des pièces maî­tresses dans celles où ils tra­vaillent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.