Mi­grants : l’Ita­lie s’en prend à l’Autriche

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Monde -

Le gou­ver­ne­ment ita­lien a convo­qué, hier, l’am­bas­sa­deur d’Autriche après la me­nace de ce pays d’en­voyer l’ar­mée contrô­ler la fron­tière avec l’Ita­lie, sou­mise à une pres­sion mi­gra­toire qui a pous­sé l’Union eu­ro­péenne à an­non­cer un nou­veau plan d’ac­tion. Se­lon le der­nier bi­lan dif­fu­sé, hier, par l’Or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale pour les mi­gra­tions (OIM), plus de 100 000 mi­grants sont ar­ri­vés cette an­née sur les côtes du sud de l’Eu­rope, dont plus de 85 000 en Ita­lie, tan­dis qu’au moins 2 247 sont morts ou ont dis­pa­ru en mer. En Ita­lie, la der­nière vague de 10 000 ar­ri­vées en quelques jours, cou­plée avec un net re­vers du Par­ti dé­mo­crate (PD, centre gauche, au pou­voir) aux mu­ni­ci­pales par­tielles, en par­ti­cu­lier dans les com­munes ac­cueillant des mi­grants, a pro­vo­qué un élec­tro­choc au sein du gou­ver­ne­ment. Après avoir me­na­cé de fer­mer ses ports aux na­vires de se­cours étran­gers, le gou­ver­ne­ment a très vi­ve­ment ré­agi, hier, à l’an­nonce lun­di soir d’un pro­jet au­tri­chien d’en­voyer des sol­dats contrô­ler le col frontalier du Bren­ner. Le mi­nis­tère ita­lien des Af­faires étran­gères a convo­qué l’am­bas­sa­deur d’Autriche à Rome et le mi­nistre de l’In­té­rieur, Mar­co Min­ni­ti, s’est fen­du d’une dé­cla­ra­tion sé­vère, as­su­rant qu’il n’y avait « au­cune si­tua­tion d’ur­gence » àla fron­tière. « Il s’agit d’une ini­tia­tive in­jus­ti­fiée et sans pré­cé­dent qui, si elle n’est pas im­mé­dia­te­ment cor­ri­gée, au­ra in­évi­ta­ble­ment des ré­per­cus­sions sur la co­opé­ra­tion des deux pays en ma­tière de sé­cu­ri­té », a-t-il me­na­cé.

 à  mi­grants par jour dans le Ty­rol

L’Autriche a ré­ta­bli fin 2015 les contrôles à sa fron­tière avec la Hongrie et s’était dite prête l’an­née der­nière à faire de même avec l’Ita­lie, même si en rai­son des contrôles ef­fec­tués en amont, la pres­sion à cette fron­tière est bien moins forte qu’à Vin­ti­mille (vers la France) et à Côme (vers la Suisse). Se­lon Hel­mut To­mac, le chef de la po­lice de la ré­gion au­tri­chienne du Ty­rol, fron­ta­lière du ter­ri­toire ita­lien, de 15 à 25 mi­grants sont in­ter­cep­tés chaque jour et en­vi­ron 40 le wee­kend.

(Pho­to AFP)

La si­tua­tion est éga­le­ment dif­fi­cile en Es­pagne, où les gardes-côtes re­dou­taient, hier, qu’il y ait eu une cin­quan­taine de dis­pa­rus après avoir re­trou­vé trois sur­vi­vants épui­sés sur un ca­not.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.