« Tou­lon, c’est aus­si évident que Mar­seille et Aix »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente -

Avez-vous dé­jà en tête une idée de nou­veau film? Éric To­le­da­no: « Oui, mais pour être hon­nête, c’est tou­jours condi­tion­né par l’ac­cueil du film pré­cé­dent. Ce soir, on dé­marre par Tou­lon, où on a des sou­ve­nirs très forts, puis Mar­seille et Aix-en-Pro­vence, on est en­core en train d’avoir des pre­miers re­tours sur le film, de dé­cou­vrir. On se pré­pare au jour J de la sor­tie na­tio­nale. Le sens de la fête ne sort que le  oc­tobre, mais tant qu’on ne sait pas comment le film a été re­çu... Vous ne ré­agis­sez de la même ma­nière quand vous sor­tez d’un échec ou d’un suc­cès. Oli­vier Na­kache: « Pour Nos jours

heu­reux, on était ve­nus ici fé­briles. C’était un deuxième film et je me sou­viens qu’on nous di­sait d’ar­rê­ter de stres­ser, que ça al­lait car­ton­ner. Ça nous a faits du bien… » C’est ce qui vous a pous­sé à re­ve­nir à Tou­lon. Eric To­le­da­no: « Il y avait aus­si eu

In­tou­chables, le ci­né­ma Pa­thé avait dé­mon­té les sièges pour or­ga­ni­ser une belle pro­jec­tion pour des per­sonnes té­tra­plé­giques… C’était spé­cial. Tou­lon reste une ville in­con­tour­nable, c’est évident au­tant que Mar­seille et Aix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.