Ofen­bach à Saint-Ay­gulf

Mer­cre­di 26 juillet, le duo de mu­sique élec­tro Ofen­bach tien­dra le haut de l’af­fiche du concert « Summer Vibes » où quelque 6 000 per­sonnes sont at­ten­dues sur la place de la Poste de Saint-Ay­gulf

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Maures - Estérel - P. PANCHOUT

Après avoir réus­si l’in­croyable coup de force de dé­cro­cher le jeune va­rois (mais in­ter­na­tio­na­le­ment connu) Kungs dès la pre­mière édi­tion de son fes­ti­val Summer Vibes, le Syn­di­cat d’ini­tia­tive ay­gul­fois ré­itère sa belle per­for­mance cette an­née en s’of­frant un jeune duo pa­ri­sien tout aus­si pro­met­teur : Ofen­bach. Ce der­nier se pro­dui­ra le 26 juillet pro­chain à Saint-Ay­gulf, sur une place de la poste, à n’en pas dou­ter, plus en­flam­mée que ja­mais.

  spec­ta­teurs at­ten­dus

L’an pas­sé, l’or­ga­ni­sa­tion avait ta­blé sur la pré­sence de quelque 1 500 spec­ta­teurs. Au fi­nal, ce sont plus de 6 000 per­sonnes qui se sont amas­sées sur la place de la poste et à ses abords pour pro­fi­ter de la per­for­mance de Kungs. « La place était noire de monde se sou­vient Se­bas­tien Drums, DJ re­nom­mé et or­ga­ni­sa­teur de l’évé­ne­ment. Et nom­breux sont ceux qui ont dû res­ter à l’ex­té­rieur. Nous avons re­te­nu ce chiffre de 6 000 spec­ta­teurs, mais en vé­ri­té, c’est sur­tout parce que pas­sé ce cap, on a per­du le compte avec toute cette ef­fer­ves­cence...». Cette an­née, c’est ce même ob­jec­tif de 6 000 spec­ta­teurs que vise le Summer Vibes. « Pour ce deuxième acte, on es­père faire au moins aus­si bien. Il faut dire qu’Ofen­bach suit la même courbe que Kungs, c’est donc vrai­ment un très beau coup que nous avons réa­li­sé ». Pour chauf­fer l’es­pla­nade comme il se doit, trois autres ar­tistes se pro­dui­ront. Tee­mid et Bo­ris Way, en plus de Se­bas­tien Drums, pro­mettent aus­si de faire le show lors de cette soi­rée.

L’avant-garde de l’élec­tro

Comme l’an pas­sé, l’am­bi­tion de Se­bas­tien Drums était de trou­ver la pé­pite en de­ve­nir de la scène élec­tro fran­çaise. Avec le (re­la­ti­ve­ment) pe­tit bud­get du Syn­di­cat d’ini­tia­tive, pas ques­tion de prendre des ve­dettes su­per co­tées. Alors il faut ru­ser... « En 2016, c’est au mois de fé­vrier que j’ai né­go­cié la ve­nue de Kungs. À ce mo­ment-là, il n’était pas en­core la su­per­star qu’il se­rait au mo­ment du concert » ex­plique le DJ-or­ga­ni­sa­teur. Et, plu­tôt que de dé­bour­ser les quelque 50 000€ (mi­ni­mum) pour le ca­chet d’un top-ar­tiste, le syn­di­cat s’en est sor­ti pour cinq fois moins cher. Cette an­née, c’est une opé­ra­tion si­mi­laire qui a été ef­fec­tuée... avec tou­jours le même sou­ci de pro­duire l’avant-garde de la scène élec­tro fran­çaise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.