Un couple de sexa­gé­naires écou­lait de faux billets

Dé­ten­teurs de billets de 50 eu­ros fal­si­fiés, le duo de sexa­gé­naires a, no­tam­ment, es­cro­qué des com­mer­çants de L’Ave­nue 83, à La Va­lette. Ils ont été condam­nés à de la pri­son et des amendes

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Toulon - P. POLETTO

Àtrop jouer avec de (faux) billets, un couple de sexa­gé­naires a ter­mi­né son par­cours à la case pri­son. Le couple des deux se­niors, âgés de 60 ans, a été condam­nés, cette se­maine, de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Tou­lon, pour avoir écou­lé des billets contre­faits de cin­quante eu­ros dans des com­merces de L’Ave­nue 83, à La Va­lette, mais aus­si dans un centre com­mer­cial d’Au­bagne. Les faits se sont dé­rou­lés ces der­niers mois.

Ca­fés et pains au cho­co­lat…

Les faus­saires ont été in­ter­pel­lés, à la suite d’un paie­ment réa­li­sé dans une en­seigne de pâ­tis­se­rie va­let­toise. Le 23 fé­vrier, vers 10 heures, l’homme et son épouse se pré­sentent dans ce com­merce, où ils règlent deux ca­fés et deux pains au cho­co­lat avec un billet de 50 eu­ros. Mais ces vien­noi­se­ries vont coû­ter plus cher que pré­vu : les sexa­gé­naires ne s’ima­gi­naient pas clore leur es­ca­pade avec une fac­ture ju­di­ciaire… Lors du ren­du de mon­naie, le com­mer­çant s’aper­çoit que le billet est un faux. Le poste de com­man­de­ment de sé­cu­ri­té de L’Ave­nue 83 est aler­té afin de re­trou­ver les deux mau­vais payeurs. Lo­ca­li­sés par les ca­mé­ras de vi­déo­sur­veillance du site, ils sont ra­pi­de­ment ap­pré­hen­dés par les ser­vices de po­lice. Si Mon­sieur fait un ma­laise lors de l’in­ter­pel­la­tion, Ma­dame ne se laisse pas faire et va jus­qu’à ou­tra­ger les po­li­ciers – faits pour les­quels elle a éga­le­ment été ju­gée. Il est, par ailleurs, trou­vé dans le sac de l’épouse, un ché­quier et un per­mis sans pho­to d’iden­ti­té. Lors des in­ves­ti­ga­tions, il s’avère que le couple a sé­vi dans un centre com­mer­cial des Bouches-du-Rhône.

« Des gens sans mo­rale »

Lors de l’au­dience, l’homme a in­di­qué avoir eu, en sa pos­ses­sion, l’équi­valent de 1500 eu­ros en faux billets, à la suite de la vente d’un stock de… sur­vê­te­ments. Il a in­di­qué que le ven­deur lui avait pro­po­sé ces fausses cou­pures en échange d’un paie­ment de 1 000 eu­ros de mar­chan­dises. « En­suite, une fois qu’on les avait, il fal­lait les écou­ler », a ajou­té le pré­ve­nu, à la barre. Il leur a été fait re­mar­quer que d’autres en­seignes – comme une par­fu­me­rie – ont été vic­times des deux faus­saires sexa­gé­naires. Face à un pré­ve­nu dé­jà condam­né à de mul­tiples re­prises (dé­ten­tion d’arme et as­so­cia­tion de mal­fai­teurs) et à sa com­pagne, le par­quet a évo­qué les pra­tiques dé­lic­tuelles de deux per­sonnes qui portent at­teinte au mo­no­pole de l’État, tout en es­cro­quant plu­sieurs vic­times. « Ce sont des gens sans mo­rale », a-t-il été dé­non­cé. Des ré­qui­si­tions « re­la­ti­vi­sées » par Me Fra­det, in­ter­ve­nant en dé­fense, qui a rap­pe­lé que les deux mis en cause n’avaient pas fa­bri­qué les fausses cou­pures. Le tri­bu­nal a re­con­nu les deux pré­ve­nus cou­pables. Mon­sieur a été condam­né à deux ans de pri­son, sans man­dat de dé­pôt, et à 2 000 eu­ros d’amende pour mise en cir­cu­la­tion de fausse mon­naie. Ma­dame écope d’un an de pri­son et 2 000 eu­ros. De quoi mettre la main à la poche. Vrai­ment, cette fois.

(Pho­to P. P.) (Pho­to Pa­trick Blan­chard)

Le couple n’avait pas fa­bri­qué les faux billets de  eu­ros. L’homme et sa com­pagne, condam­nés de­vant le tri­bu­nal de Tou­lon, ont sé­vi à La Va­lette, dans une pâ­tis­se­rie et une par­fu­me­rie de L’Ave­nue .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.