Se mettre dans la peau d’une vic­time d’in­frac­tion

Plai­dant pour un vé­ri­table ser­vice pu­blic d’aide aux vic­times, l’as­so­cia­tion va­roise Aa­viv tire son bi­lan an­nuel. Ses mis­sions liées aux at­ten­tats ter­ro­ristes connaissent une forte pro­gres­sion

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - SO­NIA BONNIN sbon­nin@var­ma­tin.com

Quelle place se­ra faite à l’ac­com­pa­gne­ment des vic­times dans le gou­ver­ne­ment re­ma­nié d’Édouard Phi­lippe ? Le se­cré­ta­riat gé­né­ral d’aide aux vic­times, dont les as­so­cia­tions s’ac­cor­daient à sa­luer l’exis­tence, est-il gom­mé du pay­sage ins­ti­tu­tion­nel ? Créé en fé­vrier der­nier, ce se­cré­ta­riat se­rait trans­for­mé en dé­lé­ga­tion in­ter­mi­nis­té­rielle, dont les fonc­tions se­raient rat­ta­chées à la garde des Sceaux. Mais l’ex­pec­ta­tive règne en­core, tant que l’or­ga­ni­sa­tion re­te­nue n’est pas dé­taillée. « C’est un vé­ri­table concept de ser­vice pu­blic d’aide aux vic­times qui peut émer­ger en France et prendre corps de fa­çon of­fi­cielle », plaide Serge Lho­tel­lier, pré­sident de l’Aa­viv, As­so­cia­tion d’aide aux vic­times in­frac­tions du Var.

« Une mis­sion de pro­tec­tion »

« C’est une mis­sion de l’État que de pro­té­ger sa po­pu­la­tion, pour­suit-il. Et quand l’État n’y par­vient pas, c’est alors son obli­ga­tion que de ré­pa­rer les pré­ju­dices et ai­der les vic­times, no­tam­ment d’at­ten­tats ter­ro­ristes, dans leur dif­fi­cile par­cours de re­cons­truc­tion. » Ce com­bat est aus­si ce­lui d’as­so­cia­tions, telle l’Aa­viv, membre du ré­seau na­tio­nal France Vic­times. Con­ven­tion­née par le mi­nis­tère de la Jus­tice qui est aus­si son prin­ci­pal sou­tien fi­nan­cier, l’Aa­viv a ou­vert plus de 3 500 dos­siers de vic­times va­roises, rien qu’en 2016. « Nous sommes une struc­ture qui est certes une as­so­cia­tion, mais sur­tout do­tée de pro­fes­sion­nels, ju­ristes et psy­cho­logues. » Ce sont eux qui forment «la ma­tière grise» de l’Aa­viv. Sa mis­sion est d’ac­com­pa­gner les vic­times, pour amé­lio­rer la prise en charge, ju­ri­dique, ad­mi­nis­tra­tive et psy­cho­lo­gique. Jus­qu’à la re­con­nais­sance de leurs droits. La plus com­plète pos­sible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.