Vic­times d’at­ten­tats de  à  ans

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var -

D’abord, la vic­time d’un at­ten­tat a pen­sé pou­voir s’en sor­tir psy­cho­lo­gi­que­ment – seule. « Puis, ces vic­times sont ve­nues nous trou­ver, un peu plus tard dans le temps, car le trau­ma est ve­nu. » So­phie Her­mitte, di­rec­trice de l’Aa­viv, a vu mon­ter en puis­sance le sou­tien aux vic­times d’at­ten­tats et à leurs proches. « La mis­sion n’est pas nou­velle, mais elle est de­ve­nue ex­po­nen­tielle. Quand les at­ten­tats ont tou­ché le sol na­tio­nal, ce­la a bou­le­ver­sé la donne. » L’Aa­viv sou­tient  Va­rois vic­times d’at­ten­tats. Six sont bles­sés phy­si­que­ment,  sont cho­qués, dix ont moins de  ans. Le plus jeune n’a que sept ans, le plus âgé  ans. L’Aa­viv suit  per­sonnes qui étaient le  juillet à Nice. « Elles ont été prises en charge dès la se­maine sui­vant l’at­ten­tat. Tous nos psy­cho­logues sont spé­cia­le­ment for­més. » En cas de coup dur dans le Var, l’Aa­viv a été dé­si­gnée par la cour d’ap­pel d’Aix pour or­ga­ni­ser un es­pace d’ac­cueil et d’in­for­ma­tion des vic­times – ac­ti­vé par le pré­fet. Pen­sé pour gé­rer une crise suite à un at­ten­tat, le dis­po­si­tif a été élar­gi aux ac­ci­dents col­lec­tifs et ca­tas­trophes na­tu­relles, comme les inon­da­tions ou feux de fo­rêt. Que le Var a lar­ge­ment dé­jà connus.

(Pho­to Ni­co­las Mar­ti­nez)

So­phie Her­mitte et Serge Lho­tel­lier, di­rec­trice et pré­sident de l’Aa­viv.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.