Fol­lin : « Dur à en­cais­ser... »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - (Pho­to DR) PRO­POS RECUEILLIS PAR PA­TRICK ONIMUS

De re­tour des Ber­mudes mar­di der­nier, Ro­bin Fol­lin est ve­nu se re­po­ser chez lui, à Sainte-Maxime. Clas­sé à la 5e place de la Red Bull Youth Ame­ri­ca’s Cup avec Team France Jeune, le skip­per-bar­reur du dé­fi fran­çais ne cache pas sa dé­cep­tion. Car le po­dium était à la por­tée des « p’tits fren­chies ». Un ré­sul­tat dif­fi­cile à en­cais­ser pour le pro­dige qui a mal­gré tout un bel ave­nir de­vant lui. Ro­bin, vous sem­blez abat­tu... Ce­la fait un peu plus d’une se­maine que la Youth a pris fin et oui la dé­cep­tion pique tou­jours au­tant. On avait le po­ten­tiel pour mon­ter sur le po­dium, il va fal­loir mal­gré tout pas­ser à autre chose. Cette e place est pour­tant un bon ré­sul­tat ! Elle ne suf­fit pour­tant pas à notre bon­heur, no­tam­ment par rap­port à la pré­pa­ra­tion ef­fec­tuée et à l’in­ves­tis­se­ment de l’en­semble de l’équipe Team France Jeune. Franck Cam­mas est lui aus­si dé­çu pour nous, nous n’étions pas ve­nus pour en­fi­ler des perles ! Qu’est ce qui n’a pas fonc­tion­né aux Ber­mudes ? On a tra­vaillé sur tout de­puis un an et de­mi, sauf les dé­parts ! Nous n’avons pris qu’un seul bon dé­part sur les douze manches et nous en sommes sor­tis vain­queurs. Il ne faut pas cher­cher plus loin le pro­blème, même si il y a d’autres fac­teurs... Les­quels ? Les condi­tions de na­vi­ga­tion. On avait beau­coup d’air lors des phases d’en­traî­ne­ment et on fai­sait par­tie des lea­ders de la flotte. Mal­heu­reu­se­ment, le vent est tom­bé pour les ré­gates. On a dû re­voir toute notre stra­té­gie no­tam­ment entre les qua­lifs et les fi­nales... On n’a ja­mais pu vo­ler sur toutes les manches dis­pu­tées, ce­la a eu comme consé­quence de Comment avez-vous vé­cu la com­pé­ti­tion ? C’est une com­pé­ti­tion ex­press au cours de la­quelle on n’a pas le temps de la vivre plei­ne­ment les émo­tions. Les manches se sont en­chaî­nées très ra­pi­de­ment à cause de la re­trans­mis­sion à la té­lé­vi­sion, mais ça res­te­ra une très belle ex­pé­rience qui me ser­vi­ra dans les an­nées fu­tures. Jus­te­ment, comment se des­sine votre ave­nir ? Je vais par­ti­ci­per au Tour de France (avec Ins­tal­lux) sans au­cune pres­sion, puis je se­rai au cham­pion­nat d’Eu­rope en match race (Po­logne au mois d’août) et au cham­pion­nat du monde de SB  en An­gle­terre (fin août). Et à plus long terme ? J’es­père un jour pou­voir re­bon­dir avec la Coupe de l’Ame­ri­ca. Il y a de grandes chances pour que la pro­chaine édi­tion se fasse sur des mo­no­coques, ce se­rait une très bonne chose pour moi. C’est mon rêve ul­time, j’ai d’ailleurs dit un jour à mon pa­pa, alors que je n’avais que  ans, que je vou­lais faire la Coupe de l’Ame­ri­ca !

‘‘ Nous n’étions pas ve­nus pour en­fi­ler des perles ” ni­ve­ler la hié­rar­chie. La se­conde jour­née des fi­nales a été dif­fi­cile... Nous sommes pas­sés to­ta­le­ment à cô­té avec de mau­vais dé­parts, des bords au por­tant très moyen et un manque de vi­tesse. Ce­la ne par­donne pas face aux meilleurs es­poirs ma­rins de la pla­nète.

Mal­gré son pouce le­vé, Ro­bin Fol­lin était ter­ri­ble­ment dé­çu à l’is­sue de cette Youth Ame­ri­ca’s Cup.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.