Le Prince Al­bert en Tos­cane chez l’ar­tiste va­rois Bez­zi­na

Comme pro­mis en sep­tembre der­nier à Saint-Tro­pez, le sou­ve­rain a ren­du une vi­site ami­cale de deux jours à l’ar­tiste tou­lon­nais Ber­nard Bez­zi­na, la se­maine der­nière à Pie­tra­san­ta

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Magazine -

En sep­tembre der­nier, le prince Al­bert II s’était ren­du à SaintT­ro­pez pour vi­si­ter l’ex­po­si­tion de l’été 2016 du sculp­teur va­rois Ber­nard Bez­zi­na, in­ti­tu­lée Di­vi­tion III et ras­sem­blant cinq oeuvres mo­nu­men­tales. Une ren­contre au cours de la­quelle le sou­ve­rain avait pro­mis à l’ar­tiste de le re­joindre en Ita­lie afin d’y dé­cou­vrir ses ate­liers. Pro­messe te­nue. En fin de se­maine der­nière, le prince Al­bert II, ac­com­pa­gné de quelques proches col­la­bo­ra­teurs a en ef­fet ef­fec­tué un dé­pla­ce­ment pri­vé de deux jours en Tos­cane. Ar­ri­vé en hé­li­co­ptère sur le pe­tit aé­ro­port mu­ni­ci­pal Cin­quale, où il a été ac­cueilli par Ber­nard Bez­zi­na et son épouse, c’est dans la plus grande dis­cré­tion que le sou­ve­rain a re­joint Pie­tra­san­ta, la ci­té d’art par ex­cel­lence. Un voyage pla­cé sous le signe de la culture, de l’ami­tié et de la sim­pli­ci­té.

De l’ate­lier de l’ar­tiste aux ate­liers de fon­de­rie

Après une ra­pide halte au mi­lieu des oli­ve­raies au res­tau­rant CasAle, sur les hau­teurs de Pie­tra­san­ta, pour un dé­jeu­ner ty­pique de la gas­tro­no­mie ita­lienne – avec Ales­san­dro et Die­go aux four­neaux, le prince Al­bert et sa garde rap­pro­chée se sont lan­cés dans un vé­ri­table ma­ra­thon cultu­rel. Point de dé­part : l’ate­lier de Ber­nard Bez­zi­na, ins­tal­lé en Tos­cane de­puis de nom­breuses an­nées l’ar­tiste y tra­vaille ses mo­dèles et réa­lise ses sculp­tures en taille réelle et dé­fi­ni­tive. Le Prince a pu y dé­cou­vrir le pro­chain pro­jet du sculp­teur va­rois : une main en terre glaise de trois mètres de long qui pointe avec son in­dex une di­rec­tion. « Un tra­vail sur la force et la fra­gi­li­té, sur la mé­ta­mor­phose du corps qui de­vient main » ,dé­crit l’ar­tiste. Le prince Al­bert II n’a pas man­qué d’y ap­po­ser une em­preinte de doigt avant de la si­gner de ses ini­tiales « A.G. ». «Cu­rieux du tra­vail des as­sis­tants et de com­prendre les dif­fé­rentes étapes des réa­li­sa­tions », il a en­suite pu dé­cou­vrir les fon­de­ries de la fa­mille Lu­ca­ri­ni. Une dé­cou­verte des ate­liers de cire et des pro­chaines oeuvres de l’ar­tiste tou­lon­nais : «Une main qui ac­cueille ou qui re­çoit, un poing qui im­pose, un doigt qui montre une di­rec­tion », et l’im­po­sante fu­sion de 350 kg de bronze blanc chauf­fés à 1 250 de­grés pour cinq pièces en cours de réa­li­sa­tion : « Quand le li­quide de­vient so­lide ». Im­pos­sible de dé­cou­vrir Pie­tra­san­ta, sans al­ler sa­luer Mas­si­mo Gal­le­ni dans sa mar­bre­rie : cet an­cien sculp­teur avec comme cha­peau sur la tête l’em­blé­ma­tique couvre-chef des ou­vriers, un jour­nal plié, a fait dé­cou­vrir au Prince de Mo­na­co les cou­lisses des ate­liers de marbre.

Vi­site de la vieille ville et du mu­sée Dei Boz­zet­ti…

C’est à pied, en toute sim­pli­ci­té, que le chef d’État, por­tant cas­quette et lu­nettes de so­leil, a dé­cou­vert le centre his­to­rique de cette ville fré­quen­tée par les plus cé­lèbres sculp­teurs ita­liens et in­ter­na­tio­naux de ce siècle et du siècle der­nier. De la Piaz­za del Duo­mo à l’église San Mar­ti­no, en s’at­tar­dant dans le cloître de l’église Sant’Agos­ti­no, Al­bert II a pu dé­cou­vrir, au mu­sée Dei Boz­zet­ti, les oeuvres ori­gi­nales en plâtre des ar­tistes qui ont ré­si­dé à Pie­tra­san­ta et qui ont lais­sé une trace im­por­tante dans le monde de l’art. Cé­sar, Fer­nan­do Bo­te­ro, Jean-Mi­chel Fo­lon, Sa­cha Sos­no, Ar­nal­do Po­mo­do­ro, An­na Ch­ro­my, Hen­ry Moore, Jean-Ro­bert Ipous­te­guy, mais aus­si Ber­nard Bez­zi­na. Le len­de­main, avant de re­prendre l’hé­li­co­ptère di­rec­tion Mo­na­co puis un avion pour Düs­sel­dorf [pour as­sis­ter au dé­part du Tour de France, ndlr], le prince de Mo­na­co, sous la conduite de Fran­co Ba­rat­ti­ni, a pu dé­cou­vrir à Car­rare le site d’ex­trac­tion à ciel ou­vert des caves de Mi­che­lan­ge­lo. Un site ma­gni­fique d’où un marbre pur comme du cris­tal, le plus fin et le plus luxueux est ex­trait. Une ou­ver­ture de cave ex­cep­tion­nelle, dans un site avec vue sur la mer à 360°. Ce marbre d’une pu­re­té ex­cep­tion­nel a été uti­li­sé pour des sculp­tures comme le Da­vid de Mi­chel-Ange, quelques che­mi­nées de l’Hô­tel de la Ma­rine ou an­ti­qui­tés égyp­tiennes.

Textes et pho­tos : Franz CHAVAROCHE, à Pie­tra­san­ta (Ita­lie) fcha­va­roche@ni­ce­ma­tin.fr

Le prince Al­bert a pu suivre toutes les étapes de fa­bri­ca­tion des sculp­tures de l’ar­tiste va­rois, Ber­nard Bez­zi­na.

Dans l’ate­lier de Ber­nard Bez­zi­na, le prince Al­bert a po­sé ses ini­tiales sur l’oeuvre du sculp­teur tou­lon­nais Il a en­suite dé­cou­vert les fon­de­ries de la fa­mille Lu­ca­ri­ni et sa­lué Mas­si­mo Gal­le­ni dans sa mar­bre­rie

et

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.