Ren­dez-vous en 

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France - Par CLAUDE WEILL

Le chro­ni­queur au­rait-il mau­vais es­prit? En en­ten­dant le mi­nistre de la Tran­si­tion éco­lo­gique, Ni­co­las Hu­lot, pré­sen­ter son am­bi­tieux «Plan cli­mat», il lui re­ve­nait à l’es­prit cette plai­sante anec­dote (ra­con­tée par un té­moin): dans les an­nées , Fran­çois Mit­ter­rand avait le pro­jet d’or­ga­ni­ser un sym­po­sium in­ter­na­tio­nal, réu­nis­sant les plus grands cher­cheurs, afin de ré­flé­chir aux im­pli­ca­tions des dé­cou­vertes scien­ti­fiques et tech­no­lo­giques à ve­nir. Bref, de des­si­ner le monde de de­main. Il s’en ou­vrit à Ro­nald Rea­gan, qui lui fit en sub­stance cette ré­ponse: c’est une bonne idée, M. Mit­ter­rand, mais je crois qu’il y a dé­jà eu une réunion de ce genre, entre les deux guerres. Et vous sa­vez ce qu’ils n’ont pas vu ve­nir? «Ça», dit le pré­sident des États-Unis. Et go­gue­nard, joi­gnant le geste à la pa­role, il sor­tit de sa poche… un sty­lo à bille.

Tout ça pour dire quoi? Que les ob­jec­tifs mis en avant par le mi­nistre afin de «dé­car­bon­ner» la France sont émi­nem­ment sou­hai­tables, puis­qu’il s’agit à la fois de lut­ter contre le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique en ré­dui­sant les émis­sions de gaz à ef­fet de serre, et de di­mi­nuer notre dé­pen­dance éner­gé­tique en abais­sant la consom­ma­tion de pro­duits fos­siles. Mettre fin à la vente de vé­hi­cules die­sel et es­sence (d’ici à ), re­fu­ser tout nou­veau pro­jet d’ex­ploi­ta­tion de pé­trole et de gaz (d’ici ), ra­me­ner à % (d’ici ) la part du nu­cléaire dans la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té (même si le nu­cléaire, jus­te­ment, émet très peu de CO), en fi­nir (d’ici à  ans) avec les « pas­soires ther­miques » des mai­sons mal iso­lées: tout ça est bel et bon. Comme il est bon que la France, ar­ti­san et hôte de l’ac­cord de Pa­ris sur le cli­mat, donne l’exemple. Là où un lé­ger doute nous gagne (le même que nous éprou­vions lors­qu’on nous di­sait que les chefs d’Etat avaient «dé­ci­dé» de conte­nir le

ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique en-des­sous de deux de­grés, comme on règle le ther­mo­stat du sa­lon), c’est lors­qu’on pré­tend as­si­gner à ces am­bi­tions des échéances aus­si pré­cises que loin­taines. Avouons-le, en en­ten­dant que la France de­vra at­teindre la «neu­tra­li­té car­bone» d’ici , le chro­ni­queur se gratte le men­ton. C’est loin, … En réa­li­té, les émis­sions de CO d’ici à  ans, en France et dans le monde, dé­pendent d’une in­fi­ni­té de fac­teurs: dé­mo­gra­phiques, éco­no­miques, cultu­rels, évo­lu­tion des modes de vie, des échanges in­ter­na­tio­naux, des pro­cess in­dus­triels, des modes de trans­port, sans ou­blier les guerres, les aléas na­tu­rels, etc., sur les­quels les pou­voirs pu­blics ont fort peu de prise. Elles dé­pendent sur­tout des mu­ta­tions et rup­tures tech­no­lo­giques à ve­nir, sur les­quelles il est ha­sar­deux de faire des pro­nos­tics. Et en­core plus de bâ­tir des agen­das. L’in­ven­tion du smart­phone (le sty­lo à bille des an­nées )

a plus chan­gé la vie des Ter­riens que mille dé­crets po­li­ti­co-ad­mi­nis­tra­tifs, avec des in­ci­dences consi­dé­rables (po­si­tives et né­ga­tives) sur l’en­vi­ron­ne­ment. Pour s’en te­nir au cas de la voi­ture élec­trique, c’est sans doute l’ave­nir, mais… En­core faut-il ne pas perdre de vue qu’à l’heure ac­tuelle, son bi­lan éco­lo­gique est plus que mi­ti­gé: un vé­hi­cule % élec­trique ne re­jette pas de CO dans l’air, mais il faut bien le re­char­ger; il est au sur­plus très gour­mand en res­sources na­tu­relles fra­giles (le li­thium, par exemple), et au stade de la fa­bri­ca­tion, deux fois plus éner­gi­vore qu’un vé­hi­cule ther­mique. Donc, ren­dez-vous en . Si, à cette date, il a réus­si à sup­plan­ter le die­sel et l’es­sence, ce ne se­ra pas grâce aux sub­ven­tions pu­bliques pro­mises par Ni­co­las Hu­lot (qui ne font que pro­lon­ger le bo­nus éco­lo­gique is­su du Gre­nelle de l’en­vi­ron­ne­ment), mais parce qu’on au­ra fait un bond en ma­tière de fa­bri­ca­tion et de re­trai­te­ment des bat­te­ries. Le Hu­lot de  n’y se­ra pro­ba­ble­ment pour rien. Et l’élec­trique, alors, chas­se­ra tout na­tu­rel­le­ment le ther­mique, comme la voi­ture a chas­sé la di­li­gence. Ce­la s’ap­pelle le pro­grès.

« Les émis­sions de CO2 d’ici à 33 ans dé­pendent d’une in­fi­ni­té de fac­teurs sur les­quels les pou­voirs pu­blics ont fort peu de prise. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.