L’état d’ur­gence pro­lon­gé une e fois

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Le Par­le­ment a don­né hier son feu vert à une sixième – et, en prin­cipe, der­nière – pro­lon­ga­tion de l’état d’ur­gence. En vi­gueur de­puis les at­ten­tats du 13 no­vembre 2015, soit un re­cord de du­rée in­in­ter­rom­pue de­puis sa créa­tion pen­dant la guerre d’Al­gé­rie, ce ré­gime d’ex­cep­tion de­vait s’ar­rê­ter au 15 juillet. Il du­re­ra fi­na­le­ment jus­qu’au 1er no­vembre, le temps de vo­ter la contro­ver­sée nou­velle loi an­ti­ter­ro­riste, qui pé­ren­ni­se­ra cer­taines me­sures ex­cep­tion­nelles. «La me­nace ter­ro­riste de­meure à un ni­veau ex­trê­me­ment éle­vé », a jus­ti­fié le mi­nistre de l’In­té­rieur Gé­rard Col­lomb, évo­quant sept at­ten­tats dé­joués de­puis dé­but 2017.

La France in­sou­mise et le PCF seuls à vo­ter contre

Me­sure em­blé­ma­tique, le nombre de per­qui­si­tions ad­mi­nis­tra­tives a chu­té de 3 500 dans les six pre­miers mois de ce ré­gime d’ex­cep­tion à 161 dans les six der­niers. Les as­si­gna­tions à ré­si­dence sont pas­sées de 400 à 62. Le mi­nistre de l’In­té­rieur y a vu la preuve d’opé­ra­tions «plus ci­blées» après « l’uti­li­sa­tion mas­sive » ini­tiale. Le pro­jet de loi, pre­mier de cette nou­velle lé­gis­la­ture, a été adop­té à l’As­sem­blée par 137 voix contre 13, dans les mêmes termes qu’au Sé­nat. Il a été sou­te­nu par les ora­teurs LR, PS et de la ma­jo­ri­té, et par Gil­bert Col­lard (FN), « au nom du prin­cipe de pré­cau­tion ». Seuls les dé­pu­tés de La France in­sou­mise et les com­mu­nistes ont vo­té contre.

La mise en garde de douze or­ga­ni­sa­tions

Douze or­ga­ni­sa­tions (Am­nes­ty In­ter­na­tio­nal France, LDH, syn­di­cat de la ma­gis­tra­ture…) ont ap­pe­lé les par­le­men­taires «à ne pas se lais­ser abu­ser par l’idée que la France va sor­tir d’un ré­gime d’ex­cep­tion, alors même qu’il s’agit de l’ins­crire dans le marbre de la loi per­ma­nente ». L’exé­cu­tif en­tend confier de ma­nière per­ma­nente aux pré­fets et au mi­nistre de l’In­té­rieur le pou­voir d’as­si­gner des in­di­vi­dus dans un «pé­ri­mètre géo­gra­phique dé­ter­mi­né », et de per­qui­si­tion­ner de jour comme de nuit. La garde des Sceaux Ni­cole Bel­lou­bet a ce­pen­dant as­su­ré que ces dis­po­si­tions ne pour­ront être uti­li­sées que pour pré­ve­nir «les actes de ter­ro­risme», avec l’aval du juge de la li­ber­té et de la dé­ten­tion. Mais « vous vous pri­ve­rez d’ou­tils opé­ra­tion­nels en les pla­çant sous le contrôle du juge », a lan­cé Eric Ciot­ti (LR), pré­sen­tant d’avance plu­sieurs amen­de­ments pour dur­cir ce fu­tur texte. La po­lice a éva­cué hier ma­tin un squat dans le nord de Mar­seille où vi­vaient quelque  Roms, dont  en­fants. Des fa­milles s’étaient ins­tal­lées de­puis fé­vrier  sur ce ter­rain mu­ni­ci­pal, que la ville en­tend ré­cu­pé­rer pour y construire un centre d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence. Sans élec­tri­ci­té ni eau po­table, elles vi­vaient dans des condi­tions très pré­caires, dans un bâ­ti­ment à l’aban­don et le ter­rain qui le jouxte, en­va­hi de dé­chets. L’opé­ra­tion s’est dé­rou­lée dans le calme. Les fa­milles, qui s’étaient vu si­gni­fier l’obli­ga­tion de quit­ter les lieux, avaient pour la plu­part dé­jà quit­té le site.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.