TOUR) Gaël Mon­fils dé­roule

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Gaël Mon­fils a réa­li­sé une pres­ta­tion «so­lide» pour écar­ter l’es­poir bri­tan­nique Kyle Ed­mund, 50e mon­dial, en trois sets (7-6 (7/1), 6-4, 6-4) et ac­cé­der au troi­sième tour de Wim­ble­don mais n’est tou­jours «pas fan» du ga­zon. Cette sur­face est celle qui réus­sit le moins au N.2 fran­çais (14e mon­dial) même s’il a mon­tré quelques pro­grès en jouant sa pre­mière fi­nale sur herbe sa­me­di der­nier à East­bourne où No­vak Djo­ko­vic l’a bat­tu. « Je joue un peu mieux mais je ne suis tou­jours pas fan du ga­zon », a ré­agi le Pa­ri­sien, per­for­mant au ser­vice (13 aces) et plus op­por­tu­niste que son ad­ver­saire avec 4 balles de break concré­ti­sés sur 8 (2/7 pour Ed­mund).

« C’est chiant »

« Je ne prends pas trop de plai­sir car je pense énor­mé­ment. C’est chiant, je n’ai pas le plai­sir de glis­ser, comme sur terre. Là, dès que tu es un peu loin, il faut pen­ser à ne pas tom­ber, c’est fa­ti­gant, c’est chiant», a-t-il ex­pli­qué en confé­rence de presse. « Dès que je ne pense plus, mes ap­puis sont fuyants. Le plai­sir est quand même là parce que je gagne, parce que si­non... Je dois ré­flé­chir sur chaque ap­pui », a conti­nué Mon­fils. « J’es­saie d’être plus bas, de ré­équi­li­brer avec ma jambe faible. Je ne suis pas en­core vrai­ment à l’aise. Le corps est plus fa­ti­gué que sur un match nor­mal. Phy­si­que­ment, ce n’était pas fa­cile », ajou­té le Fran­çais.«La Monf» at­teint pour la sixième fois le troi­sième tour, un cap qu’il n’a en­core ja­mais fran­chi. Pour ce faire, il lui fau­dra battre son com­pa­triote Adrian Man­na­ri­no (51e) qui s’est im­po­sé face au Ja­po­nais Yui­chi Su­gi­ta (61, 5-7, 4-6,7-6, 6-2), dans une re­vanche de la fi­nale du tour­noi d’An­ta­lya, de la se­maine der­nière où Le Nip­pon avait eu le der­nier mot en Tur­quie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.