Al­pha Blon­dy pour une longue “reg­gae night” à Ban­dol

En sou­ve­nir du concert culte de Bob Mar­ley à Tou­lon en 1980, le Lu­nal­le­na Fes­ti­val ou­vri­ra avec une nuit en « vert jaune rouge ». C’est le 5 août

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Grand Sud Carnet - J.-F. ROUBAUD

Le kiff pour l’été 2017, un bon bou­quin, du so­leil et de la zik : voi­là le pro­gramme ! À Ban­dol, lorsque la pre­mière nuit du fes­ti­val Lu­nal­le­na s’ou­vri­ra le 4 août, ce graal-là se­ra à por­tée de mains. Si j’osais, je vous conseille­rais de cou­rir ache­ter dans la li­brai­rie la plus proche « Brève his­toire de sept meurtres » de Mar­lon James et vous pré­ci­pi­tez de­vant la scène du stade De­fer­ra­ri pour la “reg­gae night” qui réuni­ra Al­pha Blon­dy et son So­lar Sys­tem, le maître Ho­race An­dy, Me­ta and The Cor­ners­tones, Soom T fea­tu­ring DJ Kun­ta, Ka­lash et en­fin les Bon­go White.

Six heures de reg­gae

Six heures de reg­gae qui cha­loupent, confinent à la transe avec le reg­gae night du pre­mier Lu­nal­le­na Fes­ti­val et, en mode “be­fore”, des heures à lé­zar­der au so­leil en dé­vo­rant ce ro­man ma­jes­tueux dont la toile de fond est la ten­ta­tive d’as­sas­si­nat sur Bob Mar­ley à la veille du fa­meux concert « Smile Ja­mai­ca » en 1976 à King­ston. Ten­tez-le ! Des mots et des sons comme un avant-goût du pa­ra­dis. Vous pour­riez rap­pe­ler que l’ob­jet de cet ar­ticle n’est pas de par­ler de lit­té­ra­ture et vous au­riez rai­son. Mais après tout pour­quoi pas. Ces der­niers mois, le reg­gae re­vient en force. Re­tour aux sources. Roots ! Même les world com­pa­ny de la mu­sique en ligne s’y mettent en fai­sant tour­ner en boucle des « tea­sers » à la gloire de la culture reg­gae. Les fans de la pre­mière heure, ceux qui n’ont pas at­ten­du que la culture ras­ta­fa­ri re­de­vienne hype pour s’en ré­ga­ler, trou­ve­ront la « ré­cu­pé­ra­tion » un tan­ti­net mer­can­ti­lo-op­por­tu­niste. Mais c’est ain­si. Dans le Var et au-de­là sur la Côte d’Azur, d’ailleurs, on n’a pas at­ten­du les spots de Spo­ti­fy, de Dee­zer ou autres pour vivre reg­gae. Les plus an­ciens se sou­viennent d’un concert cultis­sime de Mis­ter Bob Mar­ley sur la pe­louse du stade Mayol. C’était le 26 juin 1980.

Une at­taque mas­sive ras­ta

De­puis, sans faire de bruit, plu­sieurs or­ga­ni­sa­teurs de fes­ti­vals reg­gae ont conti­nué de faire vivre la ras­ta­fa­ri connec­tion dans le grand sud. Le Big Reg­gae Fes­ti­val dans les Alpes-Ma­ri­times par exemple. Et le 4 août, Le Lu­nal­le­na Fes­ti­val qui s’ins­cri­ra dans cette tradition-là avec une pro­gram­ma­tion qui se veut ou­verte sur toute la phi­lo­so­phie reg­gae. Qu’elle soit « roots », fun mais in­di­gné, avec Al­pha Blon­dy. Ou roots mais pas iden­ti­taire avec Ho­race An­dy dont le ta­bleau de chasse des “fea­tu­ring” va de Mas­sive At­tack (na­tu­rel­le­ment), à Par­lia­ment, Leo­nard Co­hen ou en­core Joe Strum­mer des Clash, Pier­pol­jack ou Mad Pro­fes­sor. Sans ou­blier l’échap­pée élec­tro roots de Soom T fea­tu­ring DJ Kun­ta, Me­ta & the Cor­ners­tone ou les plus ja­maï­cain des azu­réens que sont les Bon­go White. J’al­lais ou­blier Ka­lash comme une pe­tite em­bar­dée ra­prag­ga dans le fil rouge vert jaune de cette nuit du 4 août.

Voi­là le com­bo en mode roots, ro­man, reg­gae qu’on vous pro­pose. Le len­de­main, 5 août, sur la même scène de ce pre­mier fes­ti­val, la « touche » se­ra plus « french » et élec­tro/pop; Avec Phoe­nix en mode « Ti Amo », Vi­ta­lic, Two Door Ci­ne­ma Club, Co­coon et The Kit­chies, mais ce­ci est une autre his­toire.

Lo­ca­tions: Fnac, Of­fice du Tourisme de Ban­dol, Car­re­four, Ma­ga­sins U Géant et points de vente ha­bi­tuels Contact: www.lu­nal­le­na-fes­ti­val.com

(Pho­to DR)

Le grand Al­pha Blon­dy se­ra la tête d’af­fiche de la soi­rée reg­gae de Lu­nal­le­na.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.