En marge du G le choc Trump-Pou­tine

Le pré­sident amé­ri­cain et son ho­mo­logue russe se sont ren­con­trés hier à Ham­bourg pour la pre­mière fois, alors que les su­jets de ten­sion se mul­ti­plient entre les deux pays

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Monde -

Après six mois de re­la­tions hou­leuses à dis­tance, le pré­sident amé­ri­cain Do­nald Trump s’est en­tre­te­nu pour la pre­mière fois hier avec son ho­mo­logue russe Vla­di­mir Pou­tine en marge du som­met du G20 en Al­le­magne – quitte à man­quer une grande par­tie des dis­cus­sions sur le cli­mat qui s’y dé­rou­laient. Cette ren­contre est in­ter­ve­nue dans une at­mo­sphère sur­chauf­fée et chao­tique à l’ex­té­rieur de l’en­ceinte du som­met, ponc­tuée de heurts entre po­li­ciers et mi­li­tants an­ti­mon­dia­listes dans les rues de Ham­bourg. L’en­tre­tien – qui a du­ré deux heures et 15 mi­nutes, alors qu’elle de­vait se li­mi­ter à une demi-heure – a por­té sur l’Ukraine, la Sy­rie, la lutte an­ti­ter­ro­riste et la cy­ber­sé­cu­ri­té, a pré­ci­sé le pré­sident russe à l’is­sue de la ren­contre, sans plus de dé­tail.

Échange d’ama­bi­li­tés

« C’est un hon­neur d’être avec vous », avait dé­cla­ré Do­nald Trump au dé­but de la ren­contre en sa­luant son ho­mo­logue d’une franche poi­gnée de mains. Le pré­sident amé­ri­cain avait dit es­pé­rer que leur dis­cus­sion apporte «beau­coup d’élé­ments très po­si­tif pour la Rus­sie, les États-Unis et tous ceux qui sont concer­nés». «Je suis ra­vi de vous ren­con­trer et j’es­père que [...] cette ren­contre se sol­de­ra par un ré­sul­tat po­si­tif », avait ren­ché­ri M. Pou­tine. «Nous avons par­lé au té­lé­phone, mais les conver­sa­tions té­lé­pho­niques ne sont ja­mais suf­fi­santes », avait sou­li­gné le maître du Krem­lin. A son ar­ri­vée à la Mai­son Blanche, Do­nald Trump, vo­lon­tiers élo­gieux à l’en­contre de Vla­di­mir Pou­tine, avait lais­sé en­tre­voir un rap­pro­che­ment entre les deux pays. Ce se­rait « mer­veilleux », avait-t-il dit. Mais l’am­biance s’est de­puis vi­ve­ment re­froi­die, sur fond de soup­çons de col­lu­sion entre l’équipe de cam­pagne de Do­nald Trump et le Krem­lin, et de nou­velles sanc­tions amé­ri­caines contre Mos­cou dans la crise ukrai­nienne.

Une avan­cée sur la Sy­rie ?

Jeu­di à Var­so­vie, Do­nald Trump avait même cri­ti­qué ou­ver­te­ment le rôle « dé­sta­bi­li­sa­teur » de la Rus­sie, ac­cu­sée no­tam­ment par les Oc­ci­den­taux de sou­te­nir mi­li­tai­re­ment les sé­pa­ra­tistes pro­russes en Ukraine. Et les autres mo­tifs de cris­pa­tion ne manquent pas non plus. Une avan­cée sem­blait se dé­ga­ger sur la Sy­rie, avec les États-Unis se di­sant prêts avant le som­met à « ex­plo­rer la pos­si­bi­li­té d’éta­blir avec la Rus­sie des mé­ca­nismes communs» de sta­bi­li­sa­tion du pays, dont des zones d’ex­clu­sion aé­rienne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.